Trémie

Entonnoir ou ustensile de bois en forme de pyramide inversée pour le mesurage des sels*. La trémie était constituée d’un chapiteau de plus de trois pieds de haut, fermé en bas par une douille enchâssée dans une coulisse de cuivre. Deux grilles le traversaient en son milieu. Cet entonnoir était utilisé tant dans les salines, les entrepôts que dans les greniers* pour la distribution en gros. Il existait deux sortes de trémies, l’ancienne et la nouvelle. L’ancienne fut établie par arrêt de la Cour des Aides* du 10 juillet 1660. La nouvelle trémie fut introduite dans l’étendue des Gabelles* de France par les déclarations du premier septembre 1696 et dix-huit août 1699. Pour assurer l’uniformité de fabrication des trémies, on en déposa une matrice à l’hôtel-de-ville de Paris, au bureau des jurés-mesureurs. 

Sébastien Le Prestre de Vauban critiqua cet ustensile, jugeant qu’il était trop imprécis et favorisait la fraude aux dépens du peuple. Cela n’empêcha guère Louis XIV de faire adopter la nouvelle trémie par le Languedoc en 1711, à la demande des états semble-t-il, le Dauphiné et le Lyonnais en 1713, ainsi que la Provence en 1714. Il est certain que la trémie mesurait avec plus de précision que les autres ustensiles (cloche, pelle ou romaine…) utilisés au XVIIe siècle, mais elle ne présentait pas encore toutes les garanties pour le peuple. La mesure du minot dans la trémie dépendait de la distance exacte entre les deux bords, haut et bas, de la trémie, mais aussi de la manière de raser la mesure ou encore de la fréquence du nettoyage des grilles. C’est pourquoi Darigrand*, en 1763, insista sur « les cent mille petites supercheries » par lesquelles les préposés au mesurage parvenaient à se réserver un surplus de sel pour faire valoir leur bon de masse*. Une autre critique fut formulée à l’encontre de la trémie à la fin du XVIIIe siècle : l’usage du cuivre pour les grilles ne risquait-il pas de mettre la santé des sujets du roi en cause ? Cette inquiétude engagea Louis XVI à remplacer les grilles de cuivre par des grilles de fer vernissé.

[Vauban, La dîme royale, 1707 ; Dictionnaire des finances, 1727 ; Darigrand, l’Anti-financier, 1763, p. 66 ; Déclaration du Roy pour établir dans les gabelles de Lyonnois 1° l’usage de la tremuye, 2° la revente du sel à petites mesures sans regrat, Versailles, 28 novembre 1713;  Déclaration du roi pour l’établissement de la Temuye dans l’étendue des Gabelles de Provence, Versailles, le 7 avril 1714 ; Déclaration du roi qui ordonne que les garnitures en cuivre & mesures servant à la distribution du sel dans les Greniers & Dépôts de sel du Royaume, seront, en cas de réforme, remplacées par d’autres garnitures en fer vernissé, Versailles, 13 juin 1784]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.