Rosière, Rosières

L’appellation « sel de rosière » renvoie à deux significations. En Lorraine*, la saline ducale de Rosières fonctionna jusqu’en 1757-1760. S’y produisit un sel particulièrement pur à partir des résidus des opérations de saline. Au terme d’expériences menées par le chimiste Boulduc, l’on observa en effet que le schlot pouvait avoir les caractéristiques du sel digestif d’Epsom* et l’on proposa donc sa transformation. La production globale de la saline de Rosières diminua néanmoins au cours du XVIIIe siècle. Comme les autres salines de Lorraine*, elle générait une surexploitation des forêts alentours, ce qui finit par nuire à la production. Par ailleurs, les puits étaient souvent souillés d’eaux parasites. En outre, la situation de Rosières sur la Meurthe par rapport aux salines plus proches de la Sarre (comme Dieuze*) et donc plus à même d’exporter vers l’Allemagne*, était désavantageuse. Surtout, les montages financiers établis à partir de 1738 se révélèrent catastrophiques : cette année-là, l’entreprise Pierre Dufrêne se proposa pour construire un bâtiment de graduation sur un kilomètre de long et 10 mètres de large afin de renforcer la salinité des eaux (Lettres patentes du 13 novembre 1738). La Ferme générale soutint à bout de bras cette entreprise en lui avançant des fonds et lui accordant des prêts. En 1747, les cautions de Dufrêne devaient encore à la compagnie 507 237 livres pour les avances et 328 083 livres à titre de prêts. La production de sel rapportait bon an mal an 120 000 livres argent de France (moyenne établie sur dix ans entre 1739-1740 et 1748-1749 à partir des archives nationales), ce qui sans doute provoqua la faillite de l’entreprise. Avant même le rattachement définitif de la province à la Couronne (1766), la Ferme générale de Lorraine (en réalité quasi intégrée à la Ferme générale de France) se résigna à fermer (1760).

En Franche-Comté*, le sel « rosière » était un sel « extraordinaire » produit à Montmorot* et à Salins*. Il se vendait en magasin. Le prix en était fixé par l’intendant. Pour éviter les fraudes, il fut toutefois décidé de le distribuer selon les modalités adoptées pour le sel ordinaire.  Des commis à la délivrance furent donc chargés de le distribuer aux communautés d’habitants, ce qui nécessita les opérations d’enrôlement.  

[AD Doubs, 1C 1518 et 1521 ; AN, G1 95, dossier 7 : saline de Rosières]

Dieuze

Principale saline de Lorraine avec Moyenvic et Château-Salins, elle disposait de 37 poêles et autant de poêlons. En 1791, ces trois salines produisaient 520 000 quintaux par an, soit plus d’un million de minots* (la saline ducale de Rosières*, sur la Meurthe, fut fermée en 1760, faute de rentabilité). Seuls 20 % étaient destinés à la consommation locale. 80 % étaient vendus aux communautés alsaciennes (Haguenau, Strasbourg) et à l’étranger, au district de Gobert, en Allemagne* (Trèves sur la Moselle, dans le comté de Nassau, le duché des Deux-Ponts, la Souabe, à Mayence et dans le Palatinat). A Dieuze en particulier, le sel produit en 1788 (217 377 quintaux de menus sels et 94 603 quintaux de gros sels) était destiné aux Gabelles de Lorraine et aux entrepôts de Saint-Avold, Delme et Bertrichamps. Là, comme dans toute la Lorraine, la production des salines générait une exploitation excessive des forêts qui finit, à terme, par contrarier la production. Pas moins de 37 000 cordes de bois (une corde de saline correspondait à environ 3,37 stères) étaient nécessaires pour chauffer les poêles de Dieuze, contre 12 500 cordes à Château-Salins, et 15 500 à Moyenvic. Faute de bois, la production de Dieuze diminua de 500 000 à moins de 400 000 quintaux par an, ce qui engagea la Ferme générale à s’intéresser à l’exploitation de la saline de Salzbronn (à une demie lieue de la ville de Sarralbe). Décision fut prise en 1778 de constater la qualité de cette source. On estima à 19 800 cordes le bois nécessaire à son activité. Les Fermiers généraux espéraient en tirer au moins 40 à 50 000 quintaux de sel, menus et gros, et procédèrent donc à son scellement en 1783. Salzbronn présentait l’avantage d’être sur la Sarre, ce qui favorisait la vente à l’étranger, notamment par rapport à Dieuze, éloignée de plus de huit lieues. Salzbronn ne pouvait par ailleurs craindre la concurrence de la saline voisine de Herbesheim, car le comte de Nassau* avait renoncé par convention en 1741 à son exploitation moyennant une rente de 10 000 livres assignée sur les recettes de la saline de Dieuze.

[AN, G1 95, dossier 1 ; état des recettes et dépenses des Gabelles de Lorraine, 2e année du bail Mager, 1788 ; dossier 11 : source salée de Salzbronn ; Pierre Boyé, Les salines et le sel en Lorraine au XVIIIe siècle, Nancy, 1904 ; Charles Hiegel, « L’industrie du sel en Lorraine du IXe au XVIIe siècle, Thèse de l’Ecole des Chartes », 1961 ; Pierre Vicq, « Une prise de pouvoir de la Ferme générale de Lorraine : bois des salines et faux-saunage de 1698 à la Révolution », thèse de doctorat en droit, Nancy, Université de Nancy 2, 1998 ;  François Lormant, « La question fiscale du sel au temps de Louis XIV et de Vauban : la gabelle et le faux-saunage en Lorraine », HAL, id : hal-02170889 ; François Lormant, « Du bois au charbon dans les salines lorraines, de la fin du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle », dans Le travail avant la révolution industrielle, Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », Paris, éditions du CTHS, 2006, p. 359-367]

Welferding (Sarreguemines)

La baronnie de Welferding et la seigneurie de Frauenberg appartenaient au comte de La Leyen, issu d’une ancienne famille d’Allemagne*. Parmi les droits éminents attachés à cette baronnie, celui de la vente du sel. Dans le cadre des échanges de seigneuries effectués à la frontière de la Lorraine et des territoires allemands, le ministre Charles Gravier de Vergennes se porta acquéreur en 1782 des terres de Welferding, Frauenberg et Sarreinsming. Il constata toutefois les difficultés liées à la régie de ce droit : « les droits de cette vente se trouveraient habituellement en collision avec la gabelle royale de Lorraine et les sujets de la baronnie anciennement accoutumés à faire le commerce du faux-sel, abuseraient de leur situation à l’extrême frontière pour le continuer en se couvrant du prétexte de la vente seigneuriale ». Ce ministre convint donc de réunir cette vente seigneuriale à la gabelle royale exploitée par la Ferme générale. Le bénéfice net de la gabelle de Welferding fut estimé à 4 358 livres par an, soit la consommation de 24 muids des habitants de la baronnie. Par délicatesse, Vergennes agréa cette estimation ; dans les faits, sous le régime du comte de la Leyen, la vente du sel à Welferding était montée annuellement jusqu’à 86 muids.

[AN, G1 95, dossier 23 sur la vente de sel ; Jean-François Noël, « Les problèmes de frontières entre la France et l’Empire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Revue Historique, 235, 1966, p. 333–346 ; Laurent Jalabert, « Du territoire d’entre-deux à la limite : l’espace lorrain à l’épreuve de l’Etat, XVIe-XVIIIe siècles », Revue de géographie historique, 4, 2014, mis en ligne le 19 mai 2014]

La Ferme générale dans l’espace français et européen : un objet d’histoire totale

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search