Directeur, direction

Il s’agit d’un cadre supérieur en charge de l’administration d’une des 42 directions générales des gabelles, traites et tabacs, auxquelles il faut ajouter les 156 directions des aides* et 30 directions pour la régie des Domaines, chiffres donnés par Lavoisier* pour la fin du XVIIIe siècle. Sa mission était lourde et ses responsabilités multiples, sans que l’on puisse toutefois les comparer à celles d’un intendant* comme le fit l’historien George T. Matthews : un directeur général de province exerçait ses fonctions dans un cadre exécutif beaucoup plus strict, en lien avec le bureau de correspondance de l’hôtel des fermes*. Les procurations déléguant l’autorité des Fermiers aux directeurs étaient stéréotypées. Une grande partie de leur temps consistait à rédiger des rapports, à fournir des états annuels et à correspondre avec Paris, d’où ils recevaient les directives. Leur degré d’initiative était donc plutôt faible, même pour les directeurs de première classe. Les responsabilités consistaient en l’inspection du département « au moins une fois l’année » et de tous les bâtiments s’y trouvant, tant magasins, greniers, dépôts, bureaux ; dans la surveillance de l’activité de tout le personnel pour éviter notamment les abus et vexations* des commis* qu’ils étaient amenés à semoncer parfois ;  dans le maintien du bon ordre des registres*, tant des registres ordinaires que des registres-journaux prescrits par l’édit de juin 1716 par les frères Pâris*. Les activités de pesage, mesurage, les marques, les plombs, les tares, balances… se trouvaient également sous leur inspection. Ils devaient en outre « s’informer des chemins et passages obliques suspectés de fraude » et faire exécuter toutes les opérations de saisies, condamnations, emprisonnements des contrebandiers dans le respect des ordonnances et procédures judiciaires prévues contre la fraude*, se faisant aider en cela du bureau du contentieux*. Il tenait un rôle central en matière d’accommodement*, en validant les propositions des commis, en initiant parfois les transactions.

Continuer la lecture de Directeur, direction

Caution, cautionnement

La caution est celui qui répond de la gestion d’un autre. Concernant la Ferme générale, il faut distinguer les cautions de l’adjudicataire* d’une part, et les cautions des employés de la Ferme d’autre part. Les cautions de l’adjudicataire* du bail de la Ferme générale étaient à proprement parler les Fermiers généraux et les intéressés par parts qui leurs étaient associés. Ces derniers étaient tenus de signer l’acte de cautionnement au greffe du Conseil du roi dans les trois jours suivant l’adjudication du bail. Tout catholique pouvait entrer dans les fermes et sous-fermes du roi et y associer qui bon lui semblait, à condition de garder un tiers de la part prise dans le bail. Le  Fermier général* formait un fonds de ferme* lui permettant d’obtenir une place de caution dans la compagnie. La particularité du montage financier faisait des Fermiers généraux à la fois les cautions de l’adjudicataire et les dirigeants de la compagnie, rémunérés pour leurs fonds d’avance d’une part, mais aussi grâce aux diverses indemnités et aux bénéfices* de la Ferme.

Continuer la lecture de Caution, cautionnement

Petites gabelles

Régime fiscal spécifique aux provinces du Lyonnais*, Forez*, Beaujolais, Mâconnais, Velay, Vivarais, Bresse*, Bugey, Valromey et pays de Gex*, Provence*, Comtat-Venaissin*, Arles*, Languedoc*, Dauphiné*, Roussillon*, Rouergue, Haute-Auvergne. Ce régime ne fut pas établi par l’ordonnance des gabelles de mai 1680 mais par des règlements particuliers. La réunion au bail principal de la Ferme générale fut réalisée en 1682 pour les gabelles du Dauphiné et de Provence et en 1685 pour les gabelles du Languedoc. Cette réunion présentait l’intérêt de lutter plus efficacement contre la fraude* : « il seroit difficile d’empescher le versement des sels provenant desdites Petites gabelles dans les Provinces qui composent les Gabelles de France si elle se trouvoient dans les mains de Fermiers différents qui, par l’interest qu’ils y auroient, ne manqueroient pas de favoriser lesdits versemens », estima-t-on encore en 1715.

En pays de petites gabelles, la consommation du sel n’était pas contingentée. On ne tenait donc pas de registre* mentionnant le nom des contribuables. Une tentative d’enrôlement fut opérée pour les gabelles du Lyonnais* lors du bail* Forceville, sans succès. A tout le moins, l’édit de mars 1667 exigeait des consommateurs du Lyonnais des feuilles ou billets de gabelle indiquant la quantité prise au grenier seulement. De même, les villes privilégiées comme Aigues-Mortes* ou Arles* s’opposèrent aux tentatives de la Ferme d’enrôler leurs habitants pour mieux contrôler la distribution. Plus généralement, il faut distinguer les pays de petites gabelles dont le régime fiscal se rapprochait de celui des Gabelles de France (Lyonnais, Bas-Languedoc, Roussillon) et ceux dans lesquels le mode d’achat du sel était plus libre, sans billet de gabellement*, sans commission de regrattier* (Dauphiné, Provence, Rouergue…)… etc.

Dans toutes ces provinces, le prix pour l’achat, le port, voiture et déchargement du sel était fixé par états arrêtés au Conseil. Il variait d’une province à l’autre pour le prix principal, mais aussi d’un grenier à l’autre, lorsque des dépenses publiques particulières nécessitaient d’augmenter momentanément le prix local. Par exemple en Dauphiné* au milieu du XVIIIe siècle, le prix se situait entre 20 livres et 4 sous et 23 livres et 10 sous le minot selon l’éloignement du grenier par rapport au lieu d’approvisionnement, mais il était augmenté des droits manuels (25 sous 6 deniers par minot selon l’arrêt du 25 avril 1722), de deux sous pour livre* (arrêt du 4 juin 1715), de 5 sous par minot pour la réparation du canal de Launes, de 6 deniers par minot pour l’entretien des collèges jésuites de Vienne et Grenoble. Le prix au grenier d’Orange était en outre augmenté de neuf sous par minot pour le règlement de dettes anciennes.

Prix du minot de sel dans les pays de petites gabelles en 1763

Les différences de prix provoquaient inévitablement des versements d’une province à l’autre. Cinq flux de versement peuvent être repérés : de Belcaire et Chalabre vers le Haut-Languedoc ; du Languedoc, Rouergue et Auvergne vers le Gévaudan ; de la Provence* vers le Dauphiné ; du Comtat-Venaissin* vers la Provence et le Dauphiné ; du Haut-Vivarais et de l’Auvergne sur le Forez. La Ferme générale devait en outre lutter contre les vols de sel dans les salins et les versements depuis les pays étrangers vers les pays de petites gabelles. Les conditions de lutte contre la fraude n’étaient pas tout à fait semblables à celles qui existaient dans les provinces de grandes Gabelles*. Par exemple, les employés des fermes de petites gabelles ne portaient pas la bandoulière aux armes du roi, de sorte qu’ils devaient, lors de perquisitions, se présenter au maire ou consul du village et montrer leurs commissions. Il arrivait que le maire ne reconnût point les certificats des employés. Il fut donc décidé en 1759, « pour prévenir les rébellions qui depuis quelques temps sont devenues très fréquentes, de faire porter les bandoulières également dans les pays de petites gabelles, plutôt qu’ils aient à présenter des commissions à des paysans qui ne sont pas en état de juger si elles sont vraies ou fausses ».

[AD Drôme, C 737, Lettres patentes sur arrêt, Versailles, 2 octobre 1759, qui enjoint aux employés des fermes de porter des bandoulières; Arrêt du Conseil d’Etat qui ordonne que la ferme des gabelles de Lyonnais, Languedoc Provence, Dauphiné et Roussillon, adjugée le 17 juin 1715, à Me Mignot, avocat au Conseil, sera et demeurera réunie aux autres fermes, dont l’ adjudication a été faite à Edme de Bonne et ses cautions, 25 juin 1715 ; Buterne, Dictionnaire de législation, de jurisprudence et de finances sur toutes les fermes unies de France, Avignon, 1763; Jean-Louis Moreau de Beaumont, Mémoires concernant les droits & impositions en Europe, tome 3, Paris, Imprimerie royale, 1769, p. 148-194]  

La Ferme générale dans l’espace français et européen : un objet d’histoire totale

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search