Hôtel des Fermes

Les services centraux de la Ferme générale se situaient à Paris, rue Grenelle-Saint-Honoré. En 1720, on y trouvait les bureaux des Cinq grosses fermes*, des Gabelles de France, des Gabelles du Lyonnais*, Provence, Dauphiné*, Languedoc* et Roussillon*, les bureaux des Gabelles des régions de l’Est, ceux du « fournissement » des sels, du Domaine d’Occident* et du Tabac* ; Au petit hôtel Mazarin logeaient les bureaux des Fermes en correspondance avec les bureaux des généralités, les recettes générales*, la comptabilité*, les bureaux du contrôle des actes*, amortissements, franc-fiefs, ceux pour la marque d’or et d’argent et ceux pour la marque des fers. A l’hôtel de Bretonvilliers enfin, à la pointe de l’île Notre-Dame, on trouvait depuis 1719 la recette générale des aides (bureaux des droits de gros*, du Huitième*, du Pied fourché*, notamment), domaines et papier timbré* ; là se faisait également la régie des entrées* de Paris. Pour limiter le nombre de bureaux dans la capitale, on y concentra en effet la perception tout au long du XVIIIe siècle. En 1746, l’administration du Tabac fut transférée à l’hôtel de Longueville, rue Saint-Thomas près du Louvre. Cet hôtel appartenait au duc de Chevreuse et fut acheté pour le compte du roi 550 000 livres. Il présentait l’avantage de disposer d’entrepôts. En  1780 enfin, la Régie générale des aides* se logea dans l’hôtel Le Blanc, beaucoup plus vaste, rue de Choiseul. Les bureaux centraux réunissaient en tout près de 700 employés. Hormis quelques exceptions comme Montcloux à l’hôtel de Longueville, les Fermiers généraux* n’y logeaient pas. En revanche, s’y réunissait tous les mercredis, à 16h, le Conseil* de la Ferme générale, mais aussi les comités* d’actionnaires, principaux organes « législatifs » de la Compagnie.

Plan de l’entresol de l’hôtel de Bretonvilliers, 1719, BNF

Jean Marot l’ancien, L’hôtel de Longueville, eau-forte XVIIIe siècle, Musée Carnavalet

[AN, G2 20, dossier 13 ; Almanach royal, 1720, p. 251-261 ; Arrest du conseil d’Etat du roy, et lettres patentes sur icelui, qui ordonnent l’acquisition pour le compte du roy, de l’hôtel de Longueville, à l’effet d’y établir les bureaux nécessaires à la régie de la ferme du tabac, Données à Versailles, 5 avril 1746 ; Arrêt du Conseil d’Etat du Roi, qui ordonne que le bureau de déclaration de recette des bois carrés sera réuni au bureau général des Aides, hôtel de Bretonvilliers, 16 mars 1776 ; Vida Azimi, Un modèle administratif de l’Ancien régime : les commis de la ferme générale et de la régie générales des aides, Paris, éditions du CNRS, 1987, p. 33-36, d’après Lavoisier Antoine-Laurent, Calculs des produits de différents baux de la Ferme générale, avec des détails très particuliers sur les frais de régie du bail de Laurent David, 1774. Mémoire conservé au Musée des arts et métiers ; Natacha Coquery, « Les hôtels parisiens du XVIIIe siècle : une approche des modes d’habiter », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t.38,  avril-juin 1991, p. 205-230 ; Thierry Claeys, Les institutions financières de la France au XVIIIe siècle, t. II, annexes, Paris, éditions SPM, 2011, p. 301-303 ; Thomas Boullu, « La transaction en matière d’impositions indirectes (1661-1791). Contribution à l’étude de l’émergence d’un droit de l’administration monarchique », thèse pour le doctorat en droit, Université de Strasbourg, 2019, p. 393-399]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.