Archives de catégorie : W

Welferding (Sarreguemines)

Welferding (Sarreguemines)

La baronnie de Welferding et la seigneurie de Frauenberg appartenaient au comte de La Leyen, issu d’une ancienne famille d’Allemagne*. Parmi les droits éminents attachés à cette baronnie, celui de la vente du sel. Dans le cadre des échanges de seigneuries effectués à la frontière de la Lorraine et des territoires allemands, le ministre Charles Gravier de Vergennes se porta acquéreur en 1782 des terres de Welferding, Frauenberg et Sarreinsming. Il constata toutefois les difficultés liées à la régie de ce droit : « les droits de cette vente se trouveraient habituellement en collision avec la gabelle royale de Lorraine et les sujets de la baronnie anciennement accoutumés à faire le commerce du faux-sel, abuseraient de leur situation à l’extrême frontière pour le continuer en se couvrant du prétexte de la vente seigneuriale ». Ce ministre convint donc de réunir cette vente seigneuriale à la gabelle royale exploitée par la Ferme générale. Le bénéfice net de la gabelle de Welferding fut estimé à 4 358 livres par an, soit la consommation de 24 muids des habitants de la baronnie. Par délicatesse, Vergennes agréa cette estimation ; dans les faits, sous le régime du comte de la Leyen, la vente du sel à Welferding était montée annuellement jusqu’à 86 muids.

[AN, G1 95, dossier 23 sur la vente de sel ; Jean-François Noël, « Les problèmes de frontières entre la France et l’Empire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Revue Historique, 235, 1966, p. 333–346 ; Laurent Jalabert, « Du territoire d’entre-deux à la limite : l’espace lorrain à l’épreuve de l’Etat, XVIe-XVIIIe siècles », Revue de géographie historique, 4, 2014, mis en ligne le 19 mai 2014]