Archives de catégorie : V

Valence (voir commission)
Valence (voir douane de)
Valréas (voir Comtat-Venaissin)
Vaxel
Vexations
Viande (voir Boucher)
Vin
Visite
Visite des bateaux
Visite domiciliaire
Visite d’inspection (voir Tournée)
Voiture (de sel)

Visite de bateaux

Les bateaux de marchandises faisaient l’objet d’inspection par les employés de la Ferme générale. Ces visites se déroulaient selon des instructions précises comme celles établies en 1737 par le Bureau général de la Direction des Fermes à Angers. Elles se faisaient le plus souvent vis-à-vis des bureaux de contrôle établis sur les fleuves et rivières, comme Pecq, près de Rouen* sur la Seine, ou Ingrandes*, sur la Loire en amont de Nantes*…. La Ferme générale établissait par commission des pilotes pour conduire les pataches* établis sur les cours d’eau ou en mer. Les visiteurs vérifiaient les factures, les lettres de voiture*, les acquits et expéditions des précédents contrôles, mais devaient surtout examiner en détail les marchandises : sonder les tonneaux et barriques de vins, liqueurs et eaux-de-vie, « à gauche, à droite et au milieu de chacun », compter les balles d’étoffes de laine, soieries…, en vérifier le poids et la qualité, en déballer quelques-unes pour voir si les marchands n’y cachaient pas des galons d’or et d’argent, faire des tranchées dans les cargaisons de grains, charbons de terre, chaux, huîtres, noix, oranges, citrons…. et soulever les planches du fond pour voir s’il ne s’y cachait pas d’autres marchandises…. Ils vérifiaient la présence de double-fonds ou de doublure, particulièrement dans  les bateaux à fond plat comme la toue, le fûtreau, la gabarre… Le travail sur les bateaux-sauniers était encore plus méticuleux car les visiteurs vérifiaient partout s’il n’y avait pas de poches de sel : dans les voiles, dans la structure du bateau, sondée de toute part, dans la cabine ; ils vérifiaient également sous le bateau en faisant passer une corde. Chaque sac de sel était soulevé. Dans les bateaux de salines, les visiteurs devaient apprécier si les poissons n’étaient pas excessivement chargés de sel en les soulevant par la queue, vérifier les piles et les claies avec précision… Ces visites étaient consignées dans les registres de visites et faisaient l’objet d’un procès-verbal* dûment signé.

Les employés de la Ferme disposaient parfois de leurs propres bateaux pour effectuer des rondes de nuit, comme sur la Nive en pays basque, ou en mer sur les côtes de Normandie*.     

[AN, G1 91, dossier 37, Instruction et Ordre sur la manière dont il faut procéder aux visites de différentes espèces, et notamment à celles des Bateaux-sauniers & de ceux chargés de salines, à Angers,  1737]

Voiture (de sel)

Marché par lequel la Ferme générale assurait le transport des sels, par terre ou par eau, entre les salines et les dépôts*, puis entre les dépôts et les greniers*. La compagnie faisait appel à des entrepreneurs qui s’associaient entre eux pour honorer les traités et présentaient de solides cautions. Pour le transport en mer, le prix du fret fut réglé en 1669 (arrêt du 27 mars) à raison de 26 livres par muid mesure de Paris pour les ports* de Normandie* et Picardie*, et 32 livres pour aller jusqu’à Rouen. La préférence était accordée aux navires nationaux, mais il pouvait arriver qu’on emploie des navires étrangers. Les frères Valet de la Touche et Valet de Salignac utilisèrent par exemple des navires hollandais pour acheminer le sel de Brouage vers les dépôts de la Manche pendant la guerre de Sept-Ans. Pour le transport intérieur, le prix était convenu à raison de tant de muids mesure de Paris, par grenier*. La Ferme générale évaluait la quantité qui restait dans les greniers, la quantité à prévoir et faisait faire des états pour les entrepreneurs et leurs directeurs. Les parties tenaient compte de la distance et de la difficulté du parcours, calculaient le déchet* fixe, incluaient la location des sacs* ou de barils. L’objet du chargement était constaté par les juges du dépôt. Le nombre de sacs, les quantités qu’ils renfermaient, les magasins dont ils étaient issus, la date de livraison, les greniers auxquels ils étaient destinés… étaient consignés dans un brevet* que le voiturier remettait aux officiers du grenier de destination. Dans le ressort des Grandes gabelles*, une seule entreprise générale des voitures de sel passait contrat avec la Ferme générale à la fin de l’Ancien régime.

Continuer la lecture de Voiture (de sel)