Archives de catégorie : S

Sac, Sacquerie
Saintonge (voir Aunis et Saintonge)
Saint-Malo (voir Bretagne)
Saint-Pol-sur Ternoise (voir Artois)
Saisie
Salaisons (voir Sel de salaisons)
Salines (voir Pays de)
Salines (marchandises de)
Salins
Salpêtre (voir Sel de salpêtre)
Salzard Nicolas (voir Adjudicataire)
Saumur (voir Commission)
Savoie
Savons (voir Huiles et savons)
Sedan (principauté)
Seine (bassin de la)
Sel alcali
Sel blanc (privilège de)
Sel d’Epsom
Sel de franchise
Sel de morue
Sel de salaisons
Sel de salpêtre
Sel de troupes
Sel du roi
Sel gris
Sel « national »
Sel rosière
Serment de catholicité
Sète
Sexté (voir registre)
Sigean (voir Peyriac et Sigean)
Sisteron
Smogglage
Soldat
Sols pour livre (sur les droits des fermes)
Sous-fermier
Strasbourg
Subrogation
Subvention (droits de)
Suifs (droits sur)
Suisse

Sel de morue

Il s’agit du sel qui, après avoir servi à la pêche des morues de Terre-Neuve, se ramasse au fond des navires une fois le poisson enlevé. Ce sel était récupéré et vendu à diverses communautés qui en avaient besoin comme celle des mégissiers ou celle des bouchers* de Paris qui l’utilisaient pour saler les cuirs de leurs abattis. La convention signée avec les Fermiers généraux en 1673 fut renouvelée à chaque bail.  Pour exciter les employés de la compagnie à extraire avec exactitude le sel superflu des barils de morue et autres espèces de salines, la Ferme accorda en 1752 une gratification de deux sols pour chaque livre de sel immonde livrée dans les greniers* de vente volontaire.   [AN, G1 91, dossier 31].

Sel de franchise

Le sel de franchise était un privilège accordé à certains habitants d’acheter le sel au prix marchand, soit en faisant venir des provisions de Brouage*, soit en l’achetant au grenier du lieu au prix marchand, c’est-à-dire sans payer les droits au roi. Par exemple, les pêcheurs des ports de Haute-Normandie, comme Dieppe, Eu, Fécamp, Harfleur, Havre-de-Grâce, Saint-Valéry-en-Caux, Tréport… obtinrent ce privilège des rois de France à différentes époques. Le privilège portait sur des quantités variables selon les lieux : à Eu, les habitants étaient autorisés à provisionner plus de vingt muids*, tandis qu’à Fécamp ou à Dieppe, seuls dix muids étaient acceptés par l’ordonnance* de 1680.   L’adjudication, annoncée par cri public et par affiche* s’en faisait à l’audience du grenier*, au rabais. Le plus souvent le sel de franchise se payait deux fois par mois chez le marchand en présence des officiers du grenier* et du contrôleur de la franchise. Le commis de cette partie tenait un registre sur lequel était inscrits les noms des chefs de famille, leurs demeures, le nombre de personnes dans le foyer, et les quantités de sel de franchise accordées, tant pour pot et salières que pour grosses salaisons. Une fois le paiement fait, le vérificateur de la franchise procédait à un autre enregistrement des noms, demeures et quantités pour contrôler la véracité des déclarations.

Sel d’Epsom

Ce sel, riche en magnésium, se produisait dans la ville éponyme en Angleterre. L’entrée en France en était défendue comme commerce d’Angleterre (arrêt du 6 septembre 1701). Les droguistes firent néanmoins valoir que ce sel servait à la composition de divers remèdes et obtinrent son importation. Les droits d’entrée furent fixés à 30 livres du cent pesant, comme le sel gemme. Les bureaux de Saint-Valéry sur Somme, Rouen et Ingrandes furent désignés pour l’enregistrement à l’exclusion de tout autre (arrêt du 30 mars 1719).