Archives de catégorie : S

Sac, Sacquerie
Saintonge (voir Aunis et Saintonge)
Saint-Malo (voir Bretagne)
Saint-Pol-sur Ternoise (voir Artois)
Saisie
Salaisons (voir Sel de salaisons)
Salines (voir Pays de)
Salines (marchandises de)
Salins
Salpêtre (voir Sel de salpêtre)
Salzard Nicolas (voir Adjudicataire)
Saumur (voir Commission)
Savoie
Savons (voir Huiles et savons)
Sedan (principauté)
Seine (bassin de la)
Sel alcali
Sel blanc (privilège de)
Sel d’Epsom
Sel de franchise
Sel de morue
Sel de salaisons
Sel de salpêtre
Sel de troupes
Sel du roi
Sel gris
Sel « national »
Sel rosière
Serment de catholicité
Sète
Sexté (voir registre)
Sigean (voir Peyriac et Sigean)
Sisteron
Smogglage
Soldat
Sols pour livre (sur les droits des fermes)
Sous-fermier
Strasbourg
Subrogation
Subvention (droits de)
Suifs (droits sur)
Suisse

Sac, sacquerie

Le sac était un des moyens de conditionnement usité pour transporter le sel, avec le tonneau, apprécié sur les longs trajets d’exportation, ou le panier, pour les trajets plus courts. Au XVIIIe siècle, le sac devint  plus courant. En Lorraine* par exemple, les tonneaux de 800 livres-poids, dont le coût de production était élevé, furent abandonnés au profit du sac de 176 livres. Outre l’avantage du coût, le sac avait celui de la maniabilité et facilitait donc le passage du mesurage au pesage, « une pratique contemporaine des Lumières qui se généralisa en Europe après 1750 » d’après Jean-Claude Hocquet. Avec le développement du sac, la pratique du contre-mesurage tendit à disparaître. On maintint toutefois une juridiction de contre-mesurage à la confluence de la Loire et de la Mayenne, car les voitures* de sel sur ces rivières traversaient en partie la Bretagne*. De même, la délibération du 8 août 1760 engageait les employés des greniers* à ne peser que « quelques sacs » pour débusquer éventuellement une perte frauduleuse pendant le transport, sans procéder au pesage systématique.

Les contenances variaient selon les régions et les types de sel. Dans le gouvernement de Brouage* et de l’île d’Oléron, on tolérait l’usage des sacs pour transporter à cheval le sel des marais jusqu’au bord des canaux ; le versement dans les barques devait toutefois se faire au boisseau mesure de Brouage. De plus, on fixa la contenance des sacs à 4 boisseaux (4 boisseaux et demi pour l’île d’Oléron) et les commis étaient autorisés à faire des vérifications. Pour le sel gris, le roi ordonna de le contenir dans des sacs d’une rasière du poids de marc de 250 livres ou d’une demie rasière de 125 livres.

En général, la fourniture de ces sacs était à la charge du voiturier*. Les contrats de voitures indiquaient les conditions de transport du sel du magasin de la Ferme aux greniers. Celui signé en 1640 à Carcassonne précise que le sel devait être mis « dans de bons sacs neufs, cousus de bonnes coutures, l’un en dedans, l’autre en dehors, et bien bordés à la gorge, garnis de bonnes ficelles pour les tenir bien serrés et liés, de sorte qu’il ne puisse ni sortir ni se répandre ». Une fois remplis, les sacs étaient fermés par deux commis avec une corde torsadée et scellés à coups de  marteau par le vérificateur*, puis emportés pour être voiturés dans les greniers*.  A l’arrivée à destination, les sacs étaient de nouveau comptés et leur nombre comparé à celui porté dans les lettres de voitures. Après déchargement, les sacs vides étaient regroupés en paquets cachetés avant d’être mis à tremper dans la rivière afin d’en faire disparaître toute trace de sel.

La question de savoir qui devait porter le coût des sacs, des marchands ou de la compagnie, s’est posée au début du XVIIIe siècle. Lorsque la Compagnie des Indes* devint adjudicataire* des Fermes, elle négligea de faire la fourniture des sacs dont elle était chargée, ce qui donna lieu à des versements. Louis XV entreprit donc, au moyen d’une diminution des droits, d’en laisser la charge aux marchands et voituriers. Telle fut la décision prise en 1722 pour le transport du sel gris* issu des ports* septentrionaux.    

La sacquerie désignait le local où l’on entreposait les sacs utilisés pour le transport des sels, en général près des dépôts d’approvisionnement* situés aux embouchures de la Loire (Nantes), de l’Orne (Caen), de la Seine (au Havre, à Honfleur et à Dieppedalle près de Rouen)  et de la Somme (Saint-Valéry), mais aussi en différents endroits de pays de gabelle. La plus importante se situait à Nantes. Elle fit l’objet d’une description par Félix-Anne Gayot de Belombre dans son Procès-verbal des départements de Nantes et de Montaigu pour les Fermes générales : « La Ferme a un magasin général à Nantes que l’on nomme la Sacquerie. Cet endroit, qui est loué 1 250 livres par an, consiste en deux chambres au premier et autant au second qui servent à loger le commis général. Au troisième est une chambre où travaillent quantité d’ouvrières que l’on occupe à raccommoder les sacs. Il y a, au premier et au second, de forts beaux magasins qui servent à renfermer les toiles qui sont fournies par l’entrepreneur, et les sacs qui en sont faitz, lesquels sont ensuite délivrez aux voituriers qui chargent du sel pour le fournissement des greniers ». La sacquerie de Rouen, située précisément à Dieppedalle, était également importante car on entreposait là les sels de Marennes, de la Tremblade et de Sendres à destination de Paris et de toute la France. L’estimation effectuée en 1781 de tous les sacs, sacs de rebut, bâches, bannes de toiles, bannaux, grés et ustensiles de la sacquerie de Dieppedalle fit état d’un montant de 291 338 livres ; celle d’Eu fut estimée à 12 088 livres la même année ; celle d’Amiens à 2 127 livres… A Saint-Valéry sur Somme, où l’on réceptionnait le sel à destination de la Picardie*, on comptait dans la sacquerie à la fin de l’ancien régime « 27 933 sacs de qualités diverses, 20 pièces de toile neuve pour faire des sacs, 14 banneaux pour bateaux à 6 livres pièce et 50 banneaux pour voiture à 13 livres 10 sous, 508 banneaux divers, 300 livres pesant de ficelle ».   

[AN, G1 91, Délibération du 8 août 1760 concernant les emplacements des greniers à sel, article XXIX ; AD de l’Aude, 3E 1800, f° 292 V°, étude Barsalou, 1640 ; AN, G1 98 ; voitures des sels ; Arrêt du conseil d’Etat servant de règlement pour le transport du sel gris qui sera enlevé des ports de Dunkerque, Calais, Boulogne et Etaples, pour être transporté et raffiné dans les provinces d’Artois, Flandres, Cambrésis, Hainault et Boulonnais, 16 juin 1722 ; Jean-Claude Hocquet, « Conditionnement et mesure du sel en Europe sous l’Ancien régime », Histoire et Mesure, vol. 2, 1987, p. 41-53 ; J. Delattre, « La suppression à Saint-Valéry des impôts indirects de l’Ancien régime », Société d’émulation historique et littéraire d’Abbeville, 1968, p. 262]

Sète

Port du Languedoc* créé par Colbert en 1666, Sète fut dotée d’une amirauté en 1691, signe de son développement. Initialement, le port souffrit pourtant de la concurrence de la franchise de Marseille* qui monopolisait l’exportation des draps*. Il obtint à son tour des privilèges et bénéficia à la fois du privilège d’armement pour les îles américaines (patentes de 1717) et du privilège d’armement pour l’Afrique (patentes de 1719), comme Rouen*, La Rochelle*, Bordeaux* et Nantes* (patentes de 1716). Les capitaines qui se livraient au commerce triangulaire depuis Sète faisaient donc leur déclaration à l’Amirauté d’une part, et au bureau des Fermes de cette même ville. Les négociants du Languedoc qui faisaient le commerce en droiture des côtes de Guinée vers Sète étaient exempts de la moitié de tout droit d’entrée des Fermes royales et locales. De même, le sucre apporté des îles d’Amérique vers Sète, dès lors qu’il provenait de la vente des noirs de Guinée, était déchargé de la moitié des droits d’entrée. Les négociants devaient se munir de certificats des commis du Domaine d’Occident*. Les droits de sortie pour toute marchandise à destination de la Guinée étaient entièrement remis par la Ferme, sur acquits à caution* dûment enregistrés et contrôlés. Sète devint donc un port d’entrepôts que les commis des Fermes durent surveiller. Les sinuosités de la côte offraient des abris nombreux pour la contrebande. Elles nécessitèrent l’emploi de nombreux brigadiers. En 1760, la Ferme générale supprima la brigade sédentaire de Sète et créa trois brigades ambulantes de douze hommes chacune.

Vis-à-vis du sel, Sète bénéficiait en outre depuis l’arrêt du 15 mai 1714 d’une réduction à 6 livres le minot de sel destiné au salage du poisson. Ce privilège fut accordé pour lutter contre la concurrence des Catalans qui pratiquaient comme les Sétois la pêche à la sardine avec un coût de revient du salage beaucoup plus bas.   

[AN, G1 15, Délibération du 28 août 1760 sur les brigades de Sète; Arrêt du Conseil d’Etat qui réduit à six livres le minot de sel à Cette, pour être employé au salage du poisson, 15 mai 1714 ; Lettres patentes du Roy pour permettre aux négocians de Languedoc de faire le commerce de Guinée, données à Paris au mois de janvier 1719 ; Carte Topographique des Salins Privilégiés de Sette, 1780;Louis Dermigny, Naissance et croissance d’un port, Sète de 1666 à 1880, Montpellier, 1955]