Archives de catégorie : M

Magasin
Mager Jean-Baptiste (voir Adjudicataire)
Maine (voir Bretagne)
Mandrin Louis
Manis Paul (voir Adjudicataire)
Mantes (voir Seine)
Marennes (voir Brouage)
Marnois
Marque d’or et d’argent (droits de)
Marque de fer (droits de)
Marseille
Martinique (voir Domaine d’Occident, Colonies)
Maspfenning (droit de)
Masse
Mauges (voir Anjou)
Minot
Monnerat Guillaume (affaire: voir Remontrances)
Montcornet
Montmorot
Montréal (voir Canada)
Moyenvic (voir Lorraine et Dieuze)
Muid (voir Minot)
Mur des Fermiers généraux

Mandrin (Louis)

Louis Mandrin était un contrebandier dont les démêlées avec la Ferme générale sont devenues légendaires dans la France du XVIIIe siècle. En 1754-1755, il écumait tout le sud-est de la France à la tête de sa bande armée et vendait de grandes quantités de produits de contrebande*. Cependant, plutôt que colporter clandestinement aux consommateurs des marchandises illicites, Mandrin subvertit effrontément l’autorité de la Ferme Générale en attaquant ses agents et en les forçant à acheter son tabac de contrebande*. Les 10 et 11 mai 1755, l’armée française captura Mandrin et le fit transférer dans la ville de Valence, où il fut jugé et mis à mort. Son exécution eut deux conséquences, involontaires mais importantes : elle fit de Mandrin un héros populaire ; et fit couler un flot de littérature des Lumières condamnant la Ferme et exigeant la réforme de l’État royal français.

Mandrin à Bourg, Autun et Beaune. BNF, coll. Hennin, n° 8768

Louis Mandrin naquit le 11 février 1725 à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, gros bourg du sud-est de la province du Dauphiné*. Fils aîné d’un marchand, il prit les rênes de l’entreprise familiale à la mort de son père en 1742. En 1749, après l’échec ruineux d’une entreprise commerciale destinée à approvisionner les militaires français, il se lança dans la contrebande et s’installa en Savoie*, province étrangère appartenant au royaume de Sardaigne. Là, il forma une bande et, comme d’innombrables autres commerçants, fit entrer la contrebande en France.

Pourquoi tant de contrebande affluait-elle de la Savoie* vers la France ? Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les ambitions impériales de la monarchie française devinrent de plus en plus coûteuses. La monarchie chercha donc à taxer et réglementer diverses marchandises qui, grâce au développement du commerce tant intérieur qu’européen et d’outre-mer, circulaient dans tout le royaume. La monarchie délégua à la Ferme Générale l’administration fiscale et réglementaire de ces marchandises – fermage fiscal privé, dirigé par des financiers parisiens qui supervisaient une immense bureaucratie d’administrateurs et de gardes douaniers armés.

Et pourtant, même la grande et puissante Ferme ne parvenait pas à faire pleinement respecter les nombreuses lois fiscales royales et les règlements commerciaux qu’elle était chargée de faire appliquer. L’écart béant entre les revendications ambitieuses de la monarchie en matière de réglementation fiscale, ainsi que la capacité limitée de la Ferme à les mettre en pratique, permirent la croissance d’une économie illicite tentaculaire. On estime que plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants vivaient dans cette économie parallèle. Nobles*, clergé* et marchands approvisionnaient les trafiquants locaux ; les paysans acheminaient la contrebande par-delà les frontières nationales et internationales ; et les revendeurs urbains colportaient ces marchandises illicites dans les cabarets, les cafés et les meublés. La Savoie était l’une des nombreuses provinces frontalières qui alimentaient cette vaste économie clandestine.

Mandrin faisait le commerce de deux marchandises mondiales particulièrement lucratives : les indiennes* et le tabac*. Les indiennes* – nom donné aux tissus fabriqués en Inde ou à leurs imitations produites en Europe – étaient très recherchées à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle. Exotiques, vives et aux couleurs inaltérables, les indiennes plaisaient tant aux femmes qu’aux hommes désireux d’égayer leur maison et de s’habiller à la mode.

Or, lorsque la Compagnie française des Indes orientales se mit à importer de grandes quantités de ces tissus, les fabricants de textiles traditionnels français exercèrent des pressions sur le gouvernement pour obtenir sa protection. En 1686, la monarchie réagit en interdisant toute importation d’indiennes. Contrôlée par les gardes de la Ferme – et donc imbriquée dans l’appareil fiscal de la monarchie – la prohibition dura soixante-treize ans. En 1759, elle fut remplacée par un lourd tarif douanier. Étant donné la proximité de la Savoie* avec Genève entre autres villes suisses produisant des indiennes de contrefaçon, il n’est pas surprenant que la province alpine soit devenue une plaque tournante pour la contrebande de ces tissus en France.

Le tabac était l’autre marchandise mondiale dont Mandrin faisait le trafic. Le tabac était l’un des produits américains les plus anciens et les plus largement consommés en Europe. Alors que les Européens ingéraient depuis des siècles des produits qui affectaient leur état mental, tels qu’alcool et herbes locales, l’expansion du commerce mondial au début de la période moderne les exposa à une panoplie de nouvelles substances psychoactives puissantes (notamment le tabac mais aussi le café, le thé et le sucre). Les Européens s’approprièrent avidement les connotations indigènes américaines du tabac, telles que son association avec la guérison et la sociabilité. On se mit à priser des pincées de tabac pour soigner les maux de tête ou, dans les tavernes, à offrir des feuilles aux autres fumeurs de pipe.

La monarchie française tenta de prendre le contrôle de la demande croissante de tabac en établissant un monopole d’État sur sa vente. En 1674, Louis XIV interdit tout commerce privé de la feuille et commença à commercialiser le tabac américain auprès de ses sujets. Il engagea de ce fait la France dans une économie atlantique dynamique, basée sur l’exploitation brutale des peuples d’origine africaine, réduits en esclavage. Pour gérer cette opération à grande échelle et faire respecter l’interdiction en vigueur dans le pays, la couronne afferma le monopole à la Ferme, qui contracta le droit de percevoir divers impôts indirects. Au début, en bon mercantiliste, la Ferme s’approvisionnait en tabac dans les colonies* françaises de Saint-Domingue et de Louisiane, mais eut tôt fait de se tourner vers les marchands britanniques, capables de livrer des feuilles venues de la baie de Chesapeake en Amérique du Nord – moins chères et de meilleure qualité. Au milieu du XVIIIe siècle, la Ferme achetait chaque année des millions de livres de tabac cultivé en Virginie et au Maryland et le commercialisait à des prix relativement élevés dans tout le royaume de France. Ce monopole stimulait un florissant commerce de tabac* illicite et, comme pour les indiennes*, la Suisse* et la Savoie* devinrent des plaques tournantes incontournables de ce commerce.

Au début, Mandrin et sa bande pratiquèrent leur activité comme la plupart des contrebandiers : ils achetaient de grandes quantités de contrebande bon marché (indiennes, tabac et autres marchandises), les faisaient passer clandestinement au nez et à la barbe des agents des douanes agricoles postés aux frontières internationales et nationales, pour les vendre sous le manteau soit au consommateur final, soit à d’autres intermédiaires qui assuraient la distribution aux consommateurs. Cependant, en 1754 et 1755, Mandrin improvisa deux pratiques commerciales hautement subversives. Tout d’abord, au mépris de la Ferme, ses hommes et lui sortirent de l’ombre de l’économie souterraine et, en plein jour, occupaient en mode militaire les villes où ils vendaient de la contrebande sur les places de marché publiques, ouvertement. Mandrin développa cette stratégie audacieuse lors de trois expéditions au long cours en France, durant l’été 1754 : un voyage au départ de la Savoie* à destination du Languedoc* entre le 6 juin et le 9 juillet ; et une incursion en Suisse à la fin du mois de juillet ; ainsi qu’une campagne audacieuse en Auvergne, du 20 août au 5 septembre. Le 22 juin 1754, par exemple, la bande de Mandrin, à cheval et armée de mousquets et pistolets, investit le village de Millau en Languedoc*, privatisa la place du marché, déchargea sa cargaison, et colporta sa marchandise aux citadins ébahis. La stupéfiante intrépidité d’une telle manœuvre stupéfia le subdélégué local, seul représentant de l’autorité royale en ville. Le laissa pantois non seulement la présence de contrebande, mais aussi qu’elle fût vendue au détail de manière aussi éhontée. Les contrebandiers vendaient du tabac prohibé et des indiennes « plus publiquement qu’on ne vend les aiguillettes et les chapelets », relata-t-il avec indignation. En jetant aux orties la chape de secret qui recouvrait le marché clandestin, Mandrin et ses hommes inauguraient un espace public pour la vente ouverte de la contrebande. Ils défiaient effrontément la Ferme Générale en se livrant au commerce illégal, au vu et au su de tous. Pour couronner une longue journée de vente de contrebande sur la place publique, la bande régalait les bons citoyens de Millau d’une revue militaire bien ficelée.

Les expéditions de Mandrin en France (M. Kwass, 2016, p. 214)

La deuxième innovation de Mandrin fut encore plus téméraire. La vente audacieuse de Millau n’était « encore rien, en comparaison de ce qu’ils ont fait à la foire de Rodez ». « Vous aurez peine à le croire », écrivait le subdélégué de Vabre ; même « les gens qui l’ont vu ne peuvent encore s’en persuader ». Le 29 juin 1754, Mandrin et sa bande vendirent du tabac de contrebande sur le champ de foire très bien achalandé de Rodez, attirant l’attention d’un certain Monsieur Raynal, directeur du bureau de la Ferme en cette ville.

Craignant que l’afflux de tabac illicite ne compromette le monopole, Raynal s’approcha de la bande et proposa d’acheter une grande partie de leur tabac, s’ils acceptaient de mettre fin à leurs ventes au public. Raynal avait sans aucun doute l’intention de prendre possession de la feuille de contrebande et de la commercialiser sous le contrôle de la Ferme. Séduits par la perspective de vendre en gros à la Ferme, Mandrin et ses hommes acceptèrent l’offre. Mais lorsqu’ils se présentèrent au domicile de Raynal pour effectuer la transaction, ils découvrirent que le directeur avait pris la fuite et leur faisait faux bond. Enragés par cette trahison, les contrebandiers défoncèrent la porte du domicile de Raynal, déposèrent le tabac dans sa maison et chargèrent ses voisins de l’informer que s’il ne payait pas ce qu’il leur devait, « ils les brûleraient lui et sa maison ». L’argent fut versé dans l’heure qui suivit.

La vente de Rodez allait servir de modèle aux futures ventes forcées de Mandrin. Au cours de plusieurs grandes campagnes en 1754 et 1755, ses ventes suivaient un scénario aussi précis qu’efficace. La bande se rendait en ville ; passait directement à l’entrepôt de la Ferme ; déchargeait le tabac* illicite ; imposait un prix à l’agent de la Ferme sous la menace de lui faire violence ; encaissait l’argent et délivrait un reçu signé par Mandrin lui-même, certifiant l’échange. Si l’agent de la Ferme n’avait pas assez d’argent en caisse, Mandrin le forçait à emprunter l’argent à des voisins ou à des fonctionnaires locaux. Lorsque les membres de la bande rencontraient une résistance, ils n’hésitaient pas à recourir à la violence.

On peut interpréter ces ventes forcées de deux manières. La première consiste à les assimiler à des « contributions » militaires, des actes d’extorsion commis par les officiers de l’armée des débuts de l’ère moderne, qui forçaient régulièrement les villes occupées à payer des impôts ou à fournir aux troupes nourriture et logement. En échange de ces contributions, les officiers promettaient d’empêcher leurs hommes de piller le territoire. Voici comment l’ancien ministre et mémorialiste, marquis d’Argenson, comprenait les pratiques extraordinaires de la bande de contrebandiers de Mandrin : ils « exigent des contributions, comme des ennemis ». Cependant, à considérer les ventes forcées de Mandrin comme de simples « contributions », on passe à côté d’une autre dimension de leur portée. Dans les contributions militaires, l’argent était échangé exclusivement contre une protection. Cependant, Mandrin ne se contentait pas de vendre de la protection. Il pratiquait également une forme de commerce dans lequel avait lieu un véritable échange : des biens contre de l’argent. Échange certes coercitif, mais échange tout de même, et, à cet égard, ses ventes forcées ne rappellent pas tant les contributions militaires du début de l’ère moderne que les taxations populaires – sorte d’actions collectives contre les fournisseurs de nourriture, qui éclataient assez fréquemment dans la France du XVIIIe siècle. Lors des taxations populaires, les femmes* et les hommes qui soupçonnaient boulangers ou marchands de grains d’augmenter les prix des aliments en recourant à collusion, thésaurisation ou autres pratiques « monopolistiques » se rassemblaient en foule pour exiger que ces commerçants proposent un prix « juste ou équitable », c’est-à-dire un prix fixé spontanément par un marché non entaché de tromperie ou de fraude. Des notions similaires sur l’illégitimité du « monopole » et la nécessité de corriger les formes monopolistiques du commerce au nom de la justice populaire se retrouvent à l’œuvre dans les ventes forcées de Mandrin. En effet, comme le montrent les reçus délivrés à l’issue de ces échanges contraints, Mandrin avait l’intention de faire payer son tabac aux Fermiers Généraux. Non seulement contestait-il publiquement les prétentions fiscales du monopole du tabac, mais il inversait les rapports de force avec la Ferme, en obligeant les financiers qui la dirigeaient d’acheter le tabac illicite que la Ferme était censée éradiquer. Mandrin coupait délibérément les lignes d’approvisionnement de la Ferme et injectait de la contrebande dans une institution qu’il percevait, comme tant d’autres, comme un monopole injuste et illégitime.

Au cours de l’automne et de l’hiver 1754, Mandrin élargit considérablement ses opérations de contrebande. Il étoffa sa bande jusqu’à plus d’une centaine d’hommes, mena dans des grandes villes une série de ventes forcées très théâtrales (par exemple, Bourg-en-Bresse, Le Puy-en-Velay, Beaune et Autun), et finit par attirer l’attention des ministres et fonctionnaires royaux.

Les contrebandiers « ont déclaré une guerre ouverte » à la Ferme, observe l’intendant* d’Auvergne*, région soumise à de fréquentes attaques. Mandrin avait en effet intensifié ses actions sur la Ferme. Le 5 octobre 1754, il exécuta ce qui allait devenir la plus célèbre vente forcée de sa carrière : à Bourg-en-Bresse – la plus grande ville où il avait encore osé pénétrer. Avec une bande de 112 hommes, il sécurisa les portes de la ville, occupa la place du marché central et se rendit chez le directeur général de la Ferme. Il remit 38 ballots de tabac à la femme du directeur et exigea 20.000 livres en échange. Lorsque la femme du directeur expliqua qu’elle ne disposait pas d’une telle somme, il l’escorta jusqu’au domicile d’un receveur régional des impôts et découvrit qu’était en visite ce jour-là l’intendant* de Bourgogne*, Jean-François Joly de Fleury – l’administrateur royal le plus haut placé de la province. Mandrin exigea poliment de Joly de Fleury d’ordonner au receveur des impôts de payer la facture, requête que l’intendant exécuta sans résister. Argent en main, Mandrin libéra la femme de l’administrateur, rédigea un reçu et célébra sa victoire par un festin et une incursion dans la prison locale, où il libéra tous les prisonniers à l’exception de trois voleurs – acte de discernement moral faisant écho à ses ventes forcées soigneusement mises en scène. Toutes les ventes forcées de Mandrin ne réussirent pas aussi brillamment ; il se heurta à une forte résistance au Puy-en-Velay, où le capitaine d’une brigade agricole engagea la bande dans une violente fusillade. Néanmoins, les nouvelles de ses ventes forcées, fructueuses ou non, attirèrent l’attention du public.

Mandrin en gentilhomme officier. BNF, N2, Mandrin.

En décembre 1754, Mandrin lança sa dernière expédition en France, où il se retrouvait désormais confronté à tout le poids de l’État. Il se trouva face aux brigades agricoles, la maréchaussée et, surtout, à l’armée royale, prête à le pourchasser dans ce qui sera de loin sa tournée la plus sanglante. Alors que Mandrin traversait la Bourgogne* en hiver, ses ventes forcées suivaient le schéma habituel, mais le lieutenant-colonel Jean Chrétien Fischer, qui dirigeait un corps d’élite de chasseurs agiles, rattrapa la bande au village de Guenand et livra aux contrebandiers une bataille féroce. Les deux camps subirent de lourdes pertes. Mandrin s’en sortit de justesse et retourna dans son havre de paix savoyard pour soigner ses blessures. Cependant, le ministre de la guerre, craignant une alliance entre contrebandiers, huguenots français et Britanniques, ourdit un complot pour capturer Mandrin en Savoie*, en violation flagrante du droit international. Les 10 et 11 mai 1755, un détachement secret de 500 soldats s’empara de Mandrin au château de Rochefort en Savoie* et escorta le chef de bande jusqu’en France. Il fut jugé par la « commission* » de Valence (le premier de plusieurs tribunaux de haute contrebande financés par la Ferme), déclaré coupable et condamné à mort. Le 26 mai 1755, le contrebandier fut amené en place des Clercs et brisé sur la roue, sous les yeux d’une grande foule. « De la vie on n’a vu une telle boucherie », déplora un épicier local compatissant, qui assista à cette brutale exécution.

On doit situer la carrière de Mandrin dans les contextes sociaux, politiques et culturels plus larges de l’époque. Nous avons déjà évoqué la façon dont la monarchie cherchait à utiliser la Ferme Générale pour contrôler et exploiter financièrement le commerce national et international – politique qui générait de hauts revenus pour la Ferme mais qui eut pour conséquence inopinée de stimuler le développement d’un solide commerce de contrebande*. L’intervention de la Ferme dans ce commerce eut deux autres conséquences. La première, la montée de rébellions*. Jean Nicolas a montré que la France entre 1661 et 1789 connut une recrudescence de rébellions*, dues en grande partie aux luttes entre agents de la Ferme d’une part, et contrebandiers et leurs alliés, d’autre part. L’hostilité à l’égard de la Ferme s’intensifiait : les commerçants illicites résistaient aux arrestations, et les foules locales agressaient les gardes de la Ferme. Deuxièmement, reflétant la montée de la rébellion* en faveur de la contrebande, la monarchie durcit le système de justice pénale en portant à quelque 20.000 gardes la force de police dont disposait la Ferme. Ce qui en fit la plus grande force paramilitaire d’Europe. Elle l’investit de pouvoirs étendus de perquisition, saisie et arrestation. La Couronne renforça également le code pénal à l’encontre de la contrebande et créa des tribunaux extraordinaires appelés commissions*, qui, financés par la Ferme, étaient prompts à imposer des peines sévères aux contrebandiers qui participaient à des bandes, portaient des armes ou se livraient à la rébellion. Au cours du siècle, les nouvelles commissions exécutèrent des dizaines de contrebandiers et, avec l’appui des tribunaux financiers de niveau inférieur, en envoyèrent des dizaines de milliers d’autres aux galères ou aux bagnes (camps de travail pénitentiaire). La naissance de la prison moderne doit beaucoup à la répression de la contrebande par la Ferme.

Mandrin devint un symbole de cette « guerre » entre Ferme et contrebandier. Avant son exécution, la nouvelle de ses exploits s’était répandue comme une trainée de poudre : les provinciaux célébraient sa bravoure par des chants, et les journaux étrangers francophones profitèrent de l’accalmie du temps de paix pour relater ses exploits.

Bien qu’ils déplorent le brigandage de la bande, les journaux dépeignaient néanmoins Mandrin comme une sorte de héros militaire au noble port de tête, aux fortes convictions morales et aux remarquables prouesses martiales. Mais ce n’est qu’après son exécution que la figure de Mandrin – et la question politique de la contrebande – firent irruption dans la sphère publique. La mort de Mandrin déclencha une formidable flambée de la presse écrite : lors de sa disparition, biographes et dramaturges romancèrent sa vie, les graveurs illustrèrent ses exploits et les poètes lui rendirent hommage.

En termes de culture populaire, toute une palette de représentations circula suite son exécution – Mandrin : guerrier courageux, rusé, honorable gentleman, dangereux hors-la-loi et rebelle à principes. Chacune de ces interprétations plaidait en faveur de la signification politique de sa lutte armée contre la Ferme. Certains ouvrages, comme La Mandrinade, ou L’Histoire curieuse, véridique et remarquable de la vie de Louis Mandrin, diabolisaient le contrebandier, tandis que d’autres, comme l’Oraison funèbre de Messire Louis Mandrin et l’Abrégé de la vie de Louis Mandrin, le magnifiaient. L’ouvrage le plus populaire de l’époque sur Mandrin, la picaresque Histoire de Louis Mandrin, depuis sa naissance jusqu’à sa mort, publié par la Bibliothèque bleue, condamnait le contrebandier pour cause de brigandage, mais offrait le portrait sympathique d’un héros intelligent, éloquent, sensible et courageux, qui ne manquait jamais une occasion de lutter vaillamment contre la Ferme. Ces biographies plongeaient le lecteur dans le conflit entre Ferme et trafiquants, et légitimaient parfois les actes de rébellion des brigands.

Si certaines œuvres de la littérature éphémère célébraient Mandrin, exprimant une hostilité généralisée à l’égard de la Ferme, il fallut la littérature des Lumières pour traduire le ressentiment populaire en un puissant mouvement de réforme de l’État. À peine la dépouille du contrebandier eut-elle été trainée hors les murs de Valence, sa mémoire fut convoquée dans les débats des Lumières sur la réforme, politisant davantage encore l’économie souterraine. Les économistes politiques fustigeaient la Ferme pour avoir tenté – dans le cas de la prohibition des indiennes – d’étouffer la souveraineté des consommateurs et le commerce ainsi généré, ou pour avoir violé les lois de la nature et de la concurrence économique – comme dans le cas du monopole du tabac (ainsi que du monopole du sel, entre autres impôts indirects). Les magistrats et penseurs libéraux dénonçaient les tribunaux financés par la Ferme, pour avoir imposé des peines inhumaines à de pauvres contrebandiers qui « tentaient simplement de gagner leur vie ». Guillaume-Chrétien de Lamoignon de Malesherbes, président de la plus haute cour fiscale du royaume, n’hésita pas à lancer cette charge : la Ferme est une institution « despotique » qui corrompt la monarchie. Comment en est-on arrivé, demanda-t-il au roi, « à prononcer la peine de mort contre des Citoyens pour un intérêt de finance ? » Transposant dans la presse la « guerre » contre la Ferme, les écrivains des Lumières déplacèrent, des trafiquants vers la Ferme, la culpabilité du soi-disant crime de contrebande, affirmant que l’institution se livrait à des abus de pouvoir systématiques. Philosophes, économistes politiques et juristes exigèrent une réforme immédiate et approfondie, ce qui exerça une pression énorme sur un État qui ne pouvait être entièrement réformé que par la voie révolutionnaire.

Louis Mandrin n’était pas un révolutionnaire avant la lettre ; il n’a ni articulé un programme révolutionnaire cohérent, ni galvanisé un mouvement visant à prendre le pouvoir. Cependant, ses méthodes commerciales coercitives défiaient de manière flagrante la Ferme – l’institution financière la plus importante du royaume – et captaient l’attention des chanteurs, graveurs et écrivains de tout acabit, qui théâtralisaient son combat. Dans les décennies qui suivirent son exécution, alors que ses actes entraient dans la légende, l’économie illicite qu’il défendait devint hautement politisée et entama encore davantage la légitimité de la Ferme. Pas étonnant que la Révolution française ait commencé non pas par la prise de la Bastille, comme on le croit généralement, mais par l’incendie des grilles de la douane de Paris – le « mur des Fermiers Généraux » – du 11 au 14 juillet 1789.

Les expéditions de Mandrin en France (M. Kwass, 2016, p. 214)

Mandrin en gentilhomme officier. BNF N2 Mandrin.

AD Hérault, C 1699; C 1978; AD Puy-de-Dôme 1C 1638 (un employé de l’intendance de Lyon parla d’une “guerre déclarée aux fermes”; René-Louis de Voyer, marquis d’Argenson, Journal et mémoires du marquis d’Argenson, Paris,1866, 8:396; Jacob M. Price,  France and the Chesapeake: A History of the French Tobacco Monopoly, 1674- 1791, and of Its Relationship to the British and American Tobacco Trades, 2 vol., Ann Arbor, MI, 1973; Michel Forest, Chroniques d’un bourgeois de Valence au temps de Mandrin, Grenoble, 1980, p. 40; Élisabeth Badinter, ed., Les “Remontrances” de Malesherbes, 1771-1775, Paris, 1985, p. 174-202; Jean Nicolas, La Rébellion française: Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, 2002; James R. Farr, The Work of France: Labor and Culture in Early Modern Times, 1350-1850 Lanham, MD, 2008, p. 49; Michael Kwass, Louis Mandrin: La mondialisation de la contrebande au siècle des Lumières, Paris, 2016, traduction de Contraband: Louis Mandrin and the Making of a Global Underground, Cambridge, MA, 2014.

Maspfenning (droit de)

Droit de détail sur les vins et la bière qui se percevaient sur les cabaretiers* d’Alsace* depuis le règne de l’empereur Ferdinand Ier. Les arrêts de réunion adoptés par le Conseil souverain d’Alsace (1680) levèrent l’ambiguïté des traités de Westphalie (1648) sur la consistance de la souveraineté française sur la province. Toutefois, le roi de France n’obtint que tardivement le profit du Maspfenning sur les terres de « la nouvelle domination », c’est-à-dire les terres de  Basse-Alsace qui relevaient de l’immédiateté d’Empire avant 1680 : Louis XIV conserva le privilège* fiscal des états immédiats, tant nobles que villes, en échange de la reconnaissance de sa supériorité territoriale. Toutefois, le produit de cette taxe finit par entrer dans les caisses de la Ferme générale. En janvier 1781, il fut intégré à la Régie générale* des aides*. Celle-ci espéra augmenter son profit mais il s’avéra que cet impôt « avait été bien administré par la Ferme générale », de sorte que la Régie n’en tira pas d’augmentation sensible.

Produit (en livres t.) du droit de Maspfenning dans les directions de Strasbourg et de Thann

Régie des aides, 1781 (AN, G1 131)

STRASBOURG  
 Strasbourg (exemptée) 
 Haguenau2 196
 Wasselonne3 652
 Barr 
 Villé4 373
 Sélestat3 296
THANN  
 Thann1 783
 Delle4 605
 Ferrette6 743
 Ensisheim8 117
 Landser11 336
 Ammerschwihr6 534
 Dannemarie (+ Altkirch)9 491
 Belfort12 607
 Colmar 
 Mulhouse (ville libre) 
Total 74 733

Strasbourg, protégée par l’article VI de la capitulation du 30 septembre 1681, ne payait pas ce droit, non plus que Mulhouse, république libre alliée de la Confédération helvétique et Colmar.

Le droit de Maspfenning était fixe et de peu d’importance : 16 sous et 8 deniers par mesure de vin ; 8 sous et 4 deniers par mesure de bière. La mesure était de 32 pots. Pour échapper à cet impôt de détail, les cabaretiers* pratiquaient une fraude* ordinaire, semblable à celle pratiquée par les cabaretiers* des pays d’aides*.  Ils étaient tenus d’avoir des tonneaux marqués et jaugés, que les commis aux exercices* de la Ferme, puis de la Régie*, contrôlaient régulièrement, reportant sur leurs registres* portatifs les encavements et le débit.    

[AN, G1 131, dossier 3 : Mémoire sur la consistance du 8e département, après 1781 ; Georges Livet, « Maspfenning et Umgeld. Contribution à l’étude de la fiscalité du vin en Alsace sous l’Ancien Régime », Annales de la Société d’ethnographie française, n° 1 La vigne et le vin, 1950, p. 81-94 ; Odile Kammerer (dir.), Atlas historique du Bas-Rhin, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019]

Mur des fermiers généraux

Le 22 juin 1790, l’Assemblée nationale adopte le décret relatif à l’organisation municipale de Paris* qui divise notamment la ville en quarante-huit sections, en détaillant les limites de chacune d’elles. L’article 3 précise que « la commune ou Municipalité de Paris sera renfermée dans l’enceinte des nouveaux murs, mais les boulevards que l’on construit en dehors de ces murs seront soumis à l’administration municipale ». Les législateurs n’innovent rien en la matière et ne font qu’entériner un projet qui a germé à la fin des années 1770 dans les arcanes du pouvoir : fixer définitivement une ligne de démarcation physique entre la capitale et la banlieue, espérant éviter ainsi une croissance considérable de la ville. Commencée à la fin de l’Ancien Régime, dès le début de l’année 1785, l’enceinte aurait dû être achevée dans le courant de 1789, mais les événements révolutionnaires de l’été ont retardé son achèvement de plus d’un an. Cette considérable entreprise de l’Etat royal ne peut s’apprécier que si l’on comprend que cette muraille n’a aucun but défensif, au contraire de celles du Moyen-Âge. L’objectif est, ici, tout autre et se présente sous deux aspects majeurs : donner à la ville des entrées somptueuses en l’inscrivant dans une histoire architecturale unique tout en percevant des impôts indirects, indispensables à la monarchie. La clôture de Paris, telle que la nomment de manière impersonnelle les documents officiels, n’est nullement un assemblage rudimentaire de planches ou de grilles. La mémoire collective a retenu, depuis, une appellation plus explicite qui attribue la paternité de l’édification à un groupe de financiers, les Fermiers généraux, d’où son nom de Mur des Fermiers généraux.

Les limites fiscales et les barrières au XVIIIe siècle

Les barrières* et les bureaux de perception existent au moins depuis le début du XVIIIe et coïncident avec les limites de la ville. Les barrières sont des points de passage et de contrôle des marchandises qui pénètrent dans la ville. Ainsi, toute personne qui souhaite entrer dans la ville, chargée de denrées ou de matériaux, doit au préalable s’acquitter d’une taxe aux barrières que l’on appelle les droits d’entrée*. Sans former une démarcation nette avec la banlieue, les barrières permettent du moins de circonscrire le territoire fiscal de Paris. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les boulevards du Midi ou Nouveau Cours servent à délimiter la ville et les barrières y sont fixées. Ainsi, sur la partie méridionale, la première barrière est disposée près du fleuve sur le quai de la Grenouillère (quai d’Orsay), à l’est de l’esplanade des Invalides ; les barrières sont ensuite positionnées sur le Nouveau Cours (actuel boulevard des Invalides) et sont implantées sur le boulevard planté (boulevard du Montparnasse) jusqu’à Port-Royal. Le Nouveau Cours bifurque ensuite vers le sud sur la route d’Orléans (avenue Denfert-Rochereau) où sont établies quelques barrières. A partir de la place d’Enfer (Denfert-Rochereau), en allant vers l’est, les barrières sont placées légèrement au nord du boulevard planté ainsi qu’au sud de l’hôpital de la Salpêtrière avant qu’une dernière barrière, disposée près de la Seine, vienne clore cette limite. Au total, plus d’une vingtaine de barrières constituent le bornage fiscal dans cette partie de la ville et aboutissent pour l’essentiel au niveau des grands axes routiers. Pour la partie septentrionale, le décompte est plus problématique, car de nombreuses barrières sont déplacées ou créées dans de nouveaux endroits en fonction de l’accroissement urbain. On peut ainsi trouver dans un rayon de quelques dizaines de mètres quatre barrières qui s’incrustent dans le tissu urbain afin d’éviter une fraude considérable. Les quartiers situés au nord, ceux de La Pologne et de la Nouvelle-France, particulièrement surveillés, sont réputés être des zones de fraude majeure malgré la présence de la caserne des Gardes-françaises au sud du clos Saint-Lazare. Une bonne trentaine de barrières sillonnent la partie septentrionale, débutant sur la rive droite, à l’extrémité ouest du Cours-La-Reine (actuel pont de l’Alma) avant de continuer sur la route de Saint-Germain (au niveau du métro Georges V) pour aboutir au sud du jardin du duc de Chartres (parc Monceau). Le tracé des barrières suit un parcours vers l’est en empruntant les actuelles rues de la Pépinière, Saint-Lazare, Lamartine. Ensuite, les barrières sont placées aux extrémités nord des faubourgs Saint-Denis et Saint-Martin et mènent au sud de l’hôpital Saint-Louis. A partir de là, le tracé fiscal borde l’actuelle rue Saint-Maur où il est interrompu par l’ancien hôpital de la Roquette avant de reprendre son parcours au niveau de la place du Trône (place de la Nation). Enfin, pour rejoindre la Seine*, l’itinéraire longe le sud et s’achève par les barrières de Bercy et du quai de la Râpée. En comptabilisant les deux portions de l’espace parisien, c’est environ 55 barrières qui ponctuent le bornage fiscal.

Un chantier hors-norme aux multiples rebondissements

Si l’embellissement de la capitale est un enjeu de taille pour les autorités en place, cet aspect ne demeure pas prioritaire : c’est bien la fraude qui préoccupe avant tout la Ferme. Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, le produit des droits d’entrée* à Paris* atteint difficilement 36 millions de livres (les boissons représentant plus de 55% des taxes parisiennes), ce qui représente néanmoins 7% du total des recettes de l’Etat royal. Pour le gouvernement et la Ferme qui espéraient un revenu de 48 millions, le manque à gagner de 12 millions résulte de deux causes majeures. D’une part, la croissance urbaine des faubourgs à la frontière de la ville recoupe la limite fiscale et c’est précisément dans ce secteur extra-muros (territoire non taxable) que les cabarets* et guinguettes s’installent, évitant ainsi d’acquitter les droits d’entrée. Ainsi, dans le nord de Paris, dans le secteur des rues des Martyrs et Sainte-Anne (rue du faubourg-Poissonnière) des dizaines de débits de boisson se fixent et offrent à leur clientèle du vin ou de l’eau-de-vie à des prix quatre fois moins élevés qu’à l’intérieur de la ville. Ces lieux de consommation donnent sur la rue, mais possèdent également à l’arrière des cours fermées par lesquelles il est aisé de transporter des boissons en les faisant pénétrer illicitement dans la ville. Ce sont ces doubles issues, des faux passages, souvent dénoncés par la Ferme, qui sont scrutés par l’administration. D’autre part, en élargissant les limites de la ville et en y intégrant certains faubourgs déjà peuplés, on augmente le nombre d’habitants qui seraient de fait assujettis aux droits d’entrée*.

Bon nombre de responsables, dont Lavoisier*, fermier général, cherchent ainsi une solution à la fraude en envisageant de construire une enceinte de murs sur le périmètre territorial, d’autant que les barrières sont loin d’être hermétiques et sont constituées « d’une grossière clôture en planches sur laquelle s’appuyait une guérite pour les commis des droits d’entrée et qui n’offrait, dans le jour, que le passage d’une seule voiture ». Dès la fin des années 1770, on se penche donc sur la construction d’un mur sur toute la circonférence de Paris en menant une réflexion sur la démarcation urbaine. Les officiels ne raisonnent plus sur des portions d’espace, mais sur la totalité de l’étendue parisienne. Mollien, en tant que premier commis au contrôle général des Finances, sous les ordres de Colonia, alors directeur des Fermes, avait remis un mémoire sur les limites de la capitale et sur le bail de la Ferme, mais aucune décision véritable ne fut prise à ce moment. Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir de Calonne pour exécuter ce plan d’envergure d’enclore entièrement la ville.

Les Fermiers généraux soumettent le projet en février 1784 à Calonne, le contrôleur général des finances, qui accepte immédiatement. Celui-ci sollicite Breteuil, ministre de la Maison du roi et responsable de la ville de Paris qui, à son tour, remet l’étude préparatoire au bureau de la Ville sur la construction d’une enceinte partielle qui enfermerait uniquement le sud de Paris, entre l’hôpital général de la Salpêtrière et le chemin de Fontainebleau (place d’Italie), l’idée de la Ferme étant de profiter de l’obstacle naturel du mur d’enceinte de l’hôpital. Puis, le projet devient plus ambitieux et, cette fois, on envisage d’enceindre la totalité de la ville. Sur la rive gauche, profitant de l’aménagement déjà existant du boulevard planté, on décide d’englober, en plus du faubourg Saint-Marcel, Vaugirard, le Champ-de-Mars et le Gros-Caillou. Sur la rive droite, le mur doit cerner Picpus et se diriger ensuite vers le nord en incluant une partie des quartiers de Ménilmontant, de la Villette et des Porcherons, puis se prolonge à l’ouest par la Petite Pologne et Chaillot avant d’aboutir sur le quai de la Seine*, au niveau du couvent des Minimes (au sud de l’actuel pont d’Iéna). Lorsque l’opération prend véritablement forme quelques mois plus tard, ce plan, dans ces grandes lignes, sera respecté. Il ne manque que l’accord final du roi qui intervient le 23 janvier 1785 pour démarrer l’entreprise. Pour s’atteler à cette œuvre hors du commun, la Ferme fait appel à l’architecte Claude-Nicolas Ledoux. Les travaux commencent sur la rive gauche à partir de l’automne 1784 (avant même la décision royale) et débutent sur la rive droite en 1787.

Entre 1784 et 1787, Ledoux peut compter sur le soutien indéfectible de Calonne avec lequel il partage une même ambition, celle de laisser une marque durable dans l’Histoire. L’architecte, ayant l’aval du ministre, n’a aucune contrainte, et il peut aspirer à des rêves grandioses. Ledoux dépense alors sans compter. Initialement, l’architecte avait prévu un coût de 6 millions de livres pour la clôture ; en 1790, le Mur (achats de terrains, travaux de terrassement, édification de l’enceinte, création des boulevards, construction des édifices et guérites…) revient à plus de 20 millions de livres. Ledoux laisse libre cours à ses envies qui lui permettent de concrétiser un rêve qu’il avait commencé à mettre en œuvre une dizaine d’années plus tôt lors de la construction de la saline d’Arc-et-Senans*. A Paris, comme en Franche-Comté*, l’architecte fonde sa démarche à la recherche d’une ville idéale où les aspects politiques et économiques doivent être en symbiose avec les aspects sociaux et moraux. Les barrières sont ainsi des édifices majestueux et luxueux qui s’inspirent des Propylées d’Athènes. Les emprunts à l’Antiquité grecque ou romaine participent au souffle créateur de Ledoux. Les bâtiments se déclinent en rectangle, en carré, en triangle, en croix grecque avec une coupole. Les pavillons sont composés de péristyles aux colonnes doriques, toscanes, carrées, à bossage ou couplées. Les façades en arcades sont munies d’un fronton triangulaire. Pour de nombreux édifices, des bas-reliefs ornent l’entablement. En somme, une palette de formes qui montre l’étendue de la richesse architecturale et ornementale de l’œuvre de Ledoux.

Les crises financière et politique de la France précipitent la chute de Calonne au printemps 1787 et, indirectement, celle de Ledoux. L’heure n’est plus aux dépenses dispendieuses et la clôture fiscale en est la première victime. Les dépenses engagées dépassent de loin les devis initiaux et inquiètent le pouvoir. Dès juillet 1787, Louis XVI reconnaît que « l’étalage fastueux ne correspond pas à des bureaux destinés à percevoir l’octroi, contraire à l’objet même d’une entreprise qui n’a été formée que dans des vues d’économie ». Une commission, comprenant Antoine et Raimond, architectes du roi, est nommée le 7 septembre 1787 pour visiter « les travaux de la clôture, dont les dépenses excédaient déjà la somme qui était annoncée ». Le 25 novembre, un arrêt du Conseil ordonne la suspension des travaux jusqu’à l’examen final des édifices. Ledoux se fait alors prier pour remettre les devis et plans à la commission. La fuite en avant commence pour l’architecte. Ce dernier sait pertinemment que ses somptueux bureaux sont menacés et les économies qu’il propose (un peu moins de 900 000 livres pour la totalité des bureaux) sont jugées insuffisantes. Il tente alors de sauver son œuvre, précipite les travaux, accumule les matériaux et fait tailler les chapiteaux des bâtiments, faisant en sorte que « façonnées pour leur destination, les pierres ne peuvent pas être employées à une autre chose ».

Au début de l’année 1788, les architectes remettent au nouveau ministre Loménie de Brienne un rapport accablant. Ceux-ci – pour ne citer que quelques exemples significatifs – notent que les deux pavillons de l’Etoile, chiffrés par Ledoux à 96 000 livres, devraient coûter plus de 500 000 livres. Les deux pavillons de la barrière de Fontainebleau (place d’Italie) furent estimés à 110 000 livres ; après inspection, la commission prévoit une dépense d’au moins 400 000 livres. Sur la rive gauche, les deux pavillons qui composent le bureau d’Orléans (place Denfert-Rochereau) voient leur prix être multiplié par trois, passant de 140 000 à 430 000 livres. Finalement, le 23 mai 1789, la disgrâce de Ledoux tombe et Necker, qui remplace Loménie de Brienne, lui annonce officiellement son renvoi.

La construction du Mur des Fermiers

A l’automne 1787, dans la partie méridionale, entre les barrières de la Gare (sur le quai, à l’est de la Salpêtrière) et de la Cunette (face au pont de Bir-Hakeim), les bâtiments et le mur sont globalement terminés. Seule une portion de l’enceinte, entre la rue de Sèvres et le sud des Invalides, n’est pas encore édifiée. En 1789, il reste deux bureaux inachevés (Vaugirard et Sèvres), mais les grilles en fer des barrières sont placées dans l’alignement du mur et abritent les employés et les chasseurs aux barrières (garde nationale soldée, spécialement affectée à la surveillance de l’octroi).

Dans la partie septentrionale, formant un arc de cercle entre la barrière de la Conférence et le quai de la Râpée, les pavillons et le mur sont à peine commencés en 1788 et les tronçons sont mis en service à des dates différentes. Comme sur la rive gauche, à défaut d’avoir terminé le mur, on dresse une palissade en bois en de nombreux endroits. Faute de s’entendre avec des propriétaires qui exigent, pour les parcelles, des sommes prohibitives ou qui ne souhaitent pas les vendre, l’administration localise la clôture sur une autre trajectoire, ce qui a des conséquences sur le circuit initial. En effet, le mur n’est pas rectiligne à l’est de la barrière de Clichy et l’enceinte forme un angle rentrant, contournant au nord l’immense propriété du château de La Bouëxière (actuel lycée Jules Ferry). Dans le prolongement de la barrière du Trône jusqu’à la Seine, les travaux ont pris du retard et aucun édifice n’est achevé. Pour pallier cet inconvénient, la Ferme a disposé des bureaux provisoires et a loué à des particuliers des maisons qui servent de logements de fonction et de surveillance.

Lorsque la totalité de la clôture fiscale est mise en service en 1790, 55 barrières sont prévues sur le pourtour parisien : 35 barrières sont implantées dans la partie septentrionale sur une longueur de 16 km alors que la partie méridionale compte 20 barrières sur 7 km. Sur les 55 barrières, 13 sont composées de deux bâtiments identiques et symétriques (Etoile, Belleville, Trône, Fontainebleau, Maine, d’Enfer, Ecole Militaire…) et les bureaux disposent à l’arrière des cours fermées dans lesquelles des bâtiments annexes sont construits pour le service des droits d’entrée. Toutes les barrières disposent de guérites en pierre (postes de surveillance et d’inspection) aux entrées de la ville. De nombreuses barrières ne sont pas équipées de bureaux de perception ; ce sont des postes d’observation ou de renvoi (barrières de la Fosse aux lions, de l’angle de Montparnasse, des Rats…) qui n’ont ni ouverture ni passage dans le mur, permettant une vigilance le long de la clôture tout en contraignant les marchands à se rendre au bureau de perception le plus proche. Sur la circonférence du mur, le réseau des barrières est extrêmement dense : les bureaux sont proches les uns des autres, une distance moyenne de 400 m les sépare. Associée au chemin de ronde à l’intérieur de la ville, la concentration des barrières rend les inspections et les patrouilles plus efficaces contre la fraude. Comme l’a souhaité Ledoux, les bâtiments de la clôture sont à la fois des lieux de perception des taxes et des lieux de vie pour les employés de la Ferme.

L’emplacement des barrières et les limites de la ville obéissent à une certaine logique. Les bureaux les plus majestueux et imposants sont fixés au débouché des grands axes routiers, privilégiant une orientation nord-ouest/sud-est où les deux barrières de l’Etoile et du Trône glorifient la monarchie. En édifiant au nord-est la barrière Saint-Martin (la rotonde de la Villette), Ledoux choisit d’établir l’immense bureau à égale distance des routes du Bourget et de Pantin qui conduisent respectivement vers la Flandre et l’Allemagne. Le bornage de la ville s’arrête là où les densités de bâti et de population sont plus lâches, là où un vide humain existe. La plaine de Grenelle, peu habitée, est, en cette fin du XVIIIe siècle, un vaste champ de culture, difficile à exploiter à cause des terres marécageuses aux abords de la Seine et l’enceinte exclut ce territoire. Au nord ou à l’est de la capitale, la formation du mur répond à d’autres critères topographiques en tenant compte du relief qui est un élément déterminant. L’enceinte se fixe dans des zones où les ruptures de pente deviennent fortes ou qui viennent buter sur des rebords de colline (Montmartre, Belleville, Ménilmontant), où la culture de la vigne sur les coteaux côtoie les carrières de gypse.

En vain, on chercherait à donner une date d’achèvement du Mur des Fermiers, tant les péripéties furent multiples. En 1860, date de l’annexion de nombreuses communes qui crée un nouveau Paris élargi, la clôture et les pavillons, devenus inutiles et encombrants, commencent à être démantelés. Pourtant jusqu’à ce moment fatidique qui marque la disparition du Mur des Fermiers généraux (mais non la fin de l’octroi), les autorités se soucient de la clôture fiscale. Alors que les lettres patentes du roi du 9 juin 1790 fixent définitivement le territoire fiscal de la ville, il reste des pavillons qui ne sont pas finalisés (barrières Poissonnière, Rochechouart, Villette, Pantin…) ; d’autres sont érigés en partie, mais rapidement détruits (Barrières des Amandiers, de la Râpée). Pour les barrières Vaugirard, Sèvres, Clichy, Saint-Denis ou Ménilmontant, Ledoux avait prévu deux pavillons semblables de part et d’autre des routes ; cependant, là encore, pour des raisons d’économie, un seul édifice sera bâti pour chaque barrière. En mai 1791, moins d’un an après l’installation officielle de la clôture, l’Assemblée vote la suppression des taxes aux entrées des villes. Si les grilles sont démontées et vendues par la municipalité, le mur n’est pas abattu ni les pavillons qui sont loués à des particuliers, mais faute d’entretien, les édifices dépérissent. Les appétits fiscaux poussent le Directoire à rétablir l’octroi en 1798. Sous la Restauration, la barrière de la Folie Renaud est détruite ; à la place, on installe deux guérites en pierre qui encadrent la rue de la Roquette. Les barrières proches de l’hôpital de la Salpêtrière (de la Gare, de la Voyerie, d’Ivry) sont rasées et remplacées par d’autres (qui conservent leur appellation initiale) le long du futur boulevard Vincent Auriol. Inversement, de nouveaux bureaux sont aménagés en 1836 et 1852 dans le mur à l’intérieur du jardin du Trocadéro (barrières de Franklin et des Batailles) ou dans la partie sud, vers 1840, entre les barrières de l’Ecole Militaire et de Grenelle (barrière de la Motte-Picquet).

La clôture fiscale mobilise pendant plus de six ans (1785-1790) des centaines d’ouvriers spécialisés qui s’affairent quotidiennement à la taille des pierres des édifices, des guérites, des colonnes, ou à la construction de la toiture, pendant que les manœuvres, plus nombreux, issus des ateliers de charité, s’occupent du terrassement et du pavage des nouveaux boulevards. La ville connaît alors une extension territoriale conséquente, passant de 1330 à plus de 3300 hectares sur un périmètre de 12 000 toises (un peu moins de 24 km). Ainsi, le premier boulevard périphérique est érigé – bien avant celui du XXe siècle – jalonné de 55 magnifiques portes d’entrée, avec ses quelque 70 pavillons, encadrés par les guérites en pierre et les grilles en fer forgé. Malgré son coût démesuré, le Mur des Fermiers généraux demeure, incontestablement, le chantier du siècle. Ledoux plante – suivant la pertinente formule de Daniel Rabreau – le décor des entrées avec une parure sans pareille où la représentation du pouvoir est symbolisée avec magnificence. Un faste déployé au service de l’impôt, devrait-on ajouter, ce qui ne fut guère accepté par l’opinion publique.

[AN, F7 477411, Papiers de Ledoux ; AN, T 705, Papiers de Colonia ; AN, Q1 1100, Clôture de Paris (1542-1790) ; AN, Q1 1101, Clôture de Paris (1731-1789) : -Décisions générales sur l’ordre et la marche des travaux de la clôture de Paris -Mémoire sur la clôture de Paris -Chronologie des lois et opérations sur les limites -Projet de loi pour la clôture de Paris -Etat de la situation de la clôture de Paris en janvier 1790 -Terrains à acquérir pour la nouvelle enceinte de Paris; Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), Ms 3159, Ensemble de documents relatifs à la clôture de Paris ; BHVP, Ms 3160 et Ms 3161, Collections de plans des différents bureaux des barrières de Paris; Comte Mollien, Mémoires d’un ministre du trésor public, 1780-1815. Avec une notice par M. Ch. Gomel, tome 1, 1898 ; Momcilo Markovic, Paris brûle ! L’incendie des barrières de l’octroi en juillet 1789, L’Harmattan, 2019 ; Daniel Rabreau, Claude-Nicolas Ledoux, Editions du Patrimoine/Centre des monuments nationaux, 2005 ; Jean-Marc Peysson, Le mur d’enceinte des Fermiers généraux (1784-1791) : politique, économie, urbanisme, 2 volumes, thèse de 3ème cycle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1983]


Nouveau plan routier de la Ville et Faubourgs de Paris, avec ses Principaux Edifices et Nouvelles barrières / par M. Pichon (extrait), BNF/Gallica.

[Au début des années 1780, sur la rive gauche, à partir du quai, on distingue trois barrières implantées à l’est de l’esplanade des Invalides].

Q1 1101, Mémoire sur la clôture de Paris (extrait).

[Le bureau de la route de Fontainebleau (place d’Italie), composé de deux bâtiments, a été proposé au ministre d’après le devis de l’architecte le 1er avril 1785, comme une dépense de 110 000 livres. Plus 7800 livres pour des changements accordés le 23 septembre 1786 et 38000 le 16 février, le tout montant à 155 800 livres. Cependant, cette dépense s’élèvera à environ 400 000 livres].

AN, N/III/Seine/826 (extrait).

[La barrière du Roule est représentée en rouge. Les numéros 2, 9 et 18 correspondent à des terrains acquis afin de réaliser le « passage de circonvallation », c’est-à-dire la zone où se construit le mur avec les deux chemins. Le n°2 est un terrain de plus de 2 perches (près de 7000 m2)].

BHVP, Ms 3160 et Ms 3161, Collections de plans des différents bureaux des barrières de Paris, Plan général du bureau des Bonshommes sur la route de Versailles.

[Il s’agit de la fameuse « barrière de la Conférence incendiée », dessinée par Jean-Louis Prieur. Le bureau longe le quai de Seine (à l’extrémité gauche sur le plan). Le bâtiment présente une façade surmontée d’un fronton, décorée de sculptures. Au rez-de-chaussée, un portique ouvre sur six colonnes doriques. A gauche et à droite du bâtiment, dans le prolongement des grilles, deux guérites en pierre supportent les figures de la Bretagne et de la Normandie. La barrière possède une immense cour clôturée dans laquelle de nombreux bâtiments sont construits].

Plan de la Ville de Paris avec sa nouvelle enceinte levé géométriquement sur la Méridienne de l’Observatoire… parachevé en 1791, par le citoyen Verniquet (extrait), BNF/Gallica.

[La clôture avec son boulevard planté contourne au nord le château de La Bouëxière ; à gauche, la barrière Clichy ; à droite, la barrière Blanche].

BHVP, Ms 3160 et Ms 3161, Collections de plans des différents bureaux des barrières de Paris, Plan du bureau des Amandiers.

[Ledoux avait conçu un bâtiment sur un plan circulaire d’un diamètre de 60 pieds, élevé sur un stylobate carré de 75 pieds de base. Les devis élevés décidèrent les architectes à construire un petit bâtiment en forme de parallélogramme, mais la fin de l’octroi décidée en 1791 interrompit tous les travaux et le bâtiment resta à l’état de ruine, avant qu’il soit totalement rasé. Seules deux guérites furent édifiées].

Plan de la Ville et Faubourg de Paris divisé en ses 48 sections, décrété par l’Assemblée Nationale le 22 juin 1790, BNF/Gallica.

[Les numéros renvoient au nom des sections qui sont délimitées par des traits de couleur. La nouvelle enceinte enveloppe la ville. Les barrières sont représentées par un simple petit carré noir. Notons que les limites nord de Paris ainsi que les barrières rattachées apparaissent à peine sur le plan].

[L’emplacement de sept anciennes barrières est indiqué dans la partie Est de la ville. Elles sont en activité en 1789 alors que le mur et les nouvelles barrières ne sont que partiellement achevés. Cinq des sept barrières sont implantées le long de l’actuelle rue Saint-Maur. Cette voirie existe déjà à la fin du XVIIIe siècle. Les nouvelles barrières seront officiellement opérationnelles à partir de juin 1790. Celles-ci sont établies sur les boulevards de la Villette et de Belleville. Entre les anciennes et nouvelles barrières, une distance de près de 400 mètres les sépare].