Archives de catégorie : I

Impariage (voir Roussillon)
Impôts et billots (voir Bretagne)
Indiennes (voir toiles)
Indult (droit d’)
Ingrandes
Inscription de faux
Inspecteurs aux boissons (voir Boissons)
Inspecteurs aux boucheries (voir Boucher, Boucheries)
Inspection (voir Tournée)
Inspecteur des fermes
Intendant
Inventaire

Ingrandes

Ce bourg situé sur la Loire se trouvait à la jonction de pays aux régimes fiscaux contrastés, la Bretagne* et l’Anjou*. Lieu de passage obligé pour nombre de marchandises entrant dans les Cinq grosses fermes*, ce site douanier était la principale porte d’entrée dans le royaume par la Loire*. D’après l’enquête effectuée dans la Généralité de Tours en 1766, le bureau des traites* d’Ingrandes rapportait 350 000 livres par an, ce qui en faisait le plus gros bureau de recettes de l’Anjou*. S’y enregistraient les droits sur les marchandises, dont les produits coloniaux, qui entraient par les ports du royaume, puis par Nantes*. Durant tout le XVIIIe siècle, ce port fluvial prospéra en accueillant négociants, voituriers, aubergistes. Cette prospérité décida les Walsch, famille d’armateurs nantais originaire d’Irlande, à acquérir la baronnie d’Ingrandes attachée au château de Serrant en 1749. Les nouveaux seigneurs firent construire des halles en dur en 1752. Ingrandes fonctionnait également en lien avec les salorges de Nantes* qui recevaient le sel des régions productrices de l’Ouest atlantique destiné aux pays de Grandes gabelles*. Le bourg était doté d’un important grenier à sel et d’un tribunal de gabelle pour juger les très nombreux cas de fraude : vers 1770, une subdéléguation de la commission* extraordinaire de Saumur y fut établie. Elle jugea 1 497 cas de faux-saunage entre 1772 et 1789. Ingrandes constituait donc un lieu symbolique de l’action répressive des Fermiers généraux qui employaient sur place près de 80 employés : un contrôleur* général des fermes, un capitaine général, et les employés de cinq brigades* : la brigade* du grand corps de garde composée de deux lieutenants, un sous-lieutenant, neuf employés; celle du petit corps de garde composée d’un lieutenant, d’un sous-lieutenant et de dix employés; celle de Saint-Eloy comprenant un sous-lieutenant et cinq employés; celle de la Riottière avec un lieutenant et quatre employés; celle de Villeneuve avec un lieutenant et cinq employés. S’y ajoutaient les employés administratifs ou judiciaires, soit en tout, avec leurs familles, un cinquième de la population de ce bourg de 1 500 habitants environ. Comme à Paris*, les barrières d’Ingrandes tombèrent à l’été 1789 ; pataches*, bacs et bureaux de la ferme générale furent détruits

[Carte des confins et limites de la province de Bretagne, où se voit la ligne ponctuée de séparation d’entre cette dite province et celles de Poictou, d’Anjou, le Mayne, petit Maine et Normandie / faicte par permission du Roy aux frais des Srs. intéressez pour poster les corps de garde des gabelles et traittes par Jacques Le Loyer, de la Flèche, académiste et géographe de Sa Majesté en l’an 1684. Et depuis reveüe, corrigée et augmentée par l’autheur à ses frais ès années 1688. Puis mise au net et dessignée par Luy en l’année 1703 en l’age de 79 ans, Jacques Le Loyer, 1703 ; Jean-Louis Beau, Ingrandes, petit village des bords de Loire entre Anjou et Bretagne, Petit Pavé, 2014]

Inventaire

Les inventaires des vins et vendanges se faisaient dans les pays sujets au gros* ou seulement à l’augmentation* chez les habitants des bourgs, villages et lieux non-fermés. Tous les habitants, y compris nobles et ecclésiastiques, étaient soumis à ce droit de « gros d’inventaire » ou « gros manquant » sur les vins compris dans les inventaires et trouvés manquants dans le recollement. Les commis de la Ferme procédaient par deux à ces opérations de marques des vins six semaines après l’ouverture des vendanges. Ils se rendaient dans les celliers et les caves pour faire les visites nécessaires et constater, si besoin, l’excédent de vin. En Picardie*, pays d’aides*, il était d’usage de limiter les opérations d’inventaire à l’élection de Montdidier qui seule avait quelques vignes. Lorsqu’en 1772, la Ferme générale prétendit procéder à l’inventaire dans toutes les paroisses de la généralité, des réactions hostiles se multiplièrent, relayées par les tribunaux locaux. 

[Déclaration du roi portant règlement sur le gros manquant des inventaires des vins, donnée à Versailles, septembre 1684 ; Arrêt du Conseil d’Etat du Roy qui ordonne qu’il sera procédé par les commis et préposés de Martin Girard, aux inventaires et marques des vins, six semaines après les vendanges tant dans les villes d’Auxerre et Bar-sur-Seine que dans les autres villes et lieux des deux Comtés, 23 octobre 1725 ; Lettres patentes du roi qui ordonnent que les habitans des paroisses de la généralité d’Amiens et autres provinces assujetties au droit de gros seront tenus de souffrir les inventaires et récolemens de leurs vins, cidres et poirés, et de payer les droits de gros et autres y joints, données à Compiègne, 14 juillet 1772 ; Jean-Louis Lefebvre de Bellande, Traité général des droits d’aides, Partie I, Livre II, Paris, chez Pierre Prault, 1760, p. 342-350]