Archives de catégorie : D

Darigrand Edme-François
Dauphiné
David Laurent (voir Adjudicataire)
Déchet
Déclaration
Delahante
Délivrance
Denier Saint-André
Département
Dépôt (magasin général de sel)
Dépôts (régie des)
Desboves Nicolas (voir Adjudicataire)
Descente(s)
Despotisme
Deux-Ponts
Dieppe
Dieppedalle
Dieuze (voir Lorraine)
Dijon (voir Bourgogne)
Direction, directeur
Domaine
Domaine d’Occident (droits du)
Dombes
Douane (voir Traites)
Douane de Lyon
Douane de Valence
Drogueries et épiceries
Droits réservés
Droits rétablis
Dunkerque
Dupin Claude

Directeur, direction

Il s’agit d’un cadre supérieur en charge de l’administration d’une des 42 directions générales des gabelles, traites et tabacs, auxquelles il faut ajouter les 156 directions des aides* et 30 directions pour la régie des Domaines, chiffres donnés par Lavoisier* pour la fin du XVIIIe siècle. Sa mission était lourde et ses responsabilités multiples, sans que l’on puisse toutefois les comparer à celles d’un intendant* comme le fit l’historien George T. Matthews : un directeur général de province exerçait ses fonctions dans un cadre exécutif beaucoup plus strict, en lien avec le bureau de correspondance de l’hôtel des fermes*. Les procurations déléguant l’autorité des Fermiers aux directeurs étaient stéréotypées. Une grande partie de leur temps consistait à rédiger des rapports, à fournir des états annuels et à correspondre avec Paris, d’où ils recevaient les directives. Leur degré d’initiative était donc plutôt faible, même pour les directeurs de première classe. Les responsabilités consistaient en l’inspection du département « au moins une fois l’année » et de tous les bâtiments s’y trouvant, tant magasins, greniers, dépôts, bureaux ; dans la surveillance de l’activité de tout le personnel pour éviter notamment les abus et vexations* des commis* qu’ils étaient amenés à semoncer parfois ;  dans le maintien du bon ordre des registres*, tant des registres ordinaires que des registres-journaux prescrits par l’édit de juin 1716 par les frères Pâris*. Les activités de pesage, mesurage, les marques, les plombs, les tares, balances… se trouvaient également sous leur inspection. Ils devaient en outre « s’informer des chemins et passages obliques suspectés de fraude » et faire exécuter toutes les opérations de saisies, condamnations, emprisonnements des contrebandiers dans le respect des ordonnances et procédures judiciaires prévues contre la fraude*, se faisant aider en cela du bureau du contentieux*. Il tenait un rôle central en matière d’accommodement*, en validant les propositions des commis, en initiant parfois les transactions.

Continuer la lecture de Directeur, direction

Dieppe

Dieppe, détruite par la flotte anglo-hollandaise en 1694, constitua au XVIIIe siècle une ville commerciale d’envergure régionale centrée sur la pêche. Le port était alors le premier fournisseur de Paris* en poisson frais, livré dans des bacs d’eau salée par Rouen* et la Seine*. Les habitants de Dieppe étaient affranchis des Gabelles depuis 1420. Ils avaient donc le droit de faire venir de Brouage* le sel nécessaire pour leur consommation et leurs activités halieutiques. En revanche, ils ne pouvaient en faire un commerce extérieur. L’adjudication du sel de franchise* pour les bourgeois de Dieppe se faisait à l’audience du grenier à sel* pour la quantité de 10 muids. Elle était annoncée par un cri public et affichée. Ce privilège, confirmé à plusieurs reprises, dut être encadré pour éviter le faux-saunage. Divers pratiques abusives des autorités, notamment des officiers du grenier, limitaient en effet la portée de l’ordonnance* des gabelles de 1680. Celle-ci indiquait que pour bénéficier du privilège du sel, il fallait avoir été résident pendant trois années au cours desquelles le prétendant à la bourgeoisie devait avoir pris son sel au grenier comme tout gabellant. Cependant, les officiers du grenier de Dieppe recevaient les bourgeois sans qu’ils eussent forcément acquis la résidence. En outre, le nombre de minots distribués n’était pas fixé comme ailleurs en Poitou*, Bretagne* ou Artois*, limitrophes aux pays de grandes gabelles*, et la distribution se faisait sans véritable contrôle de manière plutôt anarchique. De même, le grenier de Dieppe n’utilisait pas de trémie* homologuée…  Il fallut donc compléter la législation. La déclaration du mois d’août 1711 renforça les contraintes : les bourgeois devaient faire leur demande auprès du greffe de l’Hôtel-de-ville et s’inscrire sur un registre tenu par le commis de la Ferme générale à cet effet. La distribution fut proportionnée à l’importance de la famille dont la composition devait également être déclarée. De même, les maîtres de navires chargés de sel devaient doubler leur déclaration auprès du greffe du grenier d’une inscription auprès du commis de la Ferme générale, à l’instar des marchands propriétaires. La déclaration royale d’octobre 1712 engagea les marchands propriétaires de sel et les marchands saleurs à utiliser la trémie officielle. Le pouvoir du commis de la Ferme préposé au sel de franchise* fut encore renforcé en lui déléguant l’inspection des listes que les officiers du grenier à sel établissaient pour chaque corps de métier qui jouissait du sel de salaison*, mais aussi en l’autorisant à faire des visites chez les saleurs pour vérifier les déclarations du volume de harengs salés…

Continuer la lecture de Dieppe

Dépôts (régie des)

Pour obvier à la contrebande entre les pays de grandes Gabelles* et la Bretagne*, le Poitou*, la Marche et l’Auvergne, le gouvernement a cherché à rendre le commerce des faux-sauniers* moins lucratif en établissant le long des provinces des magasins ou dépôts régis par arrondissement. Ces dépôts sont également désignés sous le nom de « contrôles » par le géographe Sanson dans son Atlas des gabelles de 1665. Le but recherché était l’établissement d’une barrière de protection contre la fraude extérieure au ressort des grandes gabelles (la barrière intérieure étant constituée par les greniers d’imposition). Les habitants du ressort du dépôt n’étaient pas soumis à la gabelle car ils payaient le sel au prix marchand. Pour éviter les stocks, on fixait la consommation par arrondissement à raison d’un minot pour sept personnes. Des rôles de dénombrement des familles étaient dressés par les collecteurs et remis au contrôleur du dépôt. Pour leur consommation, les habitants devaient se rendre au dépôt de leur arrondissement avec un certificat du curé justifiant de leur domicile. Le contrôleur vérifiait sur les rôles de dénombrement la consommation des familles. A partir de 1722, il fut fait interdiction aux habitants de se rendre eux-mêmes dans un autre dépôt.

Continuer la lecture de Dépôts (régie des)