Tous les articles par pdelsalle

Salins

Pour bien saisir l’importance économique et financière des salines de Salins, il faut dire d’emblée qu’il s’agissait d’un des plus grands centres industriels d’Europe depuis la fin du Moyen Âge. Les sources d’eau fortement salées étaient remontées à la surface et chauffées. Le sel récupéré était ensuite commercialisé sous forme de pains, sinon en vrac pour la Suisse*. Trois à quatre mille personnes approvisionnaient Salins en combustible. Un millier d’ouvriers travaillaient dans les deux usines, situées au cœur de la ville. La confection du sel était confiée à des femmes* (plus de 200) ; leur office très spécialisé était transmissible de mère et fille ou de tante à nièce. Plus de deux mille chevaux, chaque jour, tiraient les chariots de bois et de sel. Les embouteillages en ville étaient fréquents. Les profits immenses générés par les salines permettaient de financer les dépenses de la province, la maréchaussée, les fortifications, les garnisons militaires mais aussi les pensions de soldats invalides, les hôpitaux, les couvents, etc.

Continuer la lecture de Salins

Arc-et-Senans

Arc-et-Senans est le nom actuel du village où se trouvait l’usine de Chaux, une dépendance de Salins*. Les salines de Salins utilisaient beaucoup de bois pour chauffer l’eau salée et confectionner des pains de sel. Au milieu du XVIIIe siècle, le prix du transport du bois était devenu considérable. Afin de réduire le prix de revient du sel, il fut décidé par arrêt du 29 avril 1773, de construire une nouvelle usine à proximité immédiate de l’immense forêt de Chaux (20 000 hectares), située entre le village nommé Arc et le village de Senans. Un saumoduc long de plus de vingt et un kilomètres, constitué par 15 000 troncs de sapin percés à la tarière, fut réalisé pour conduire la muire (eau salée) en pente douce jusqu’à la nouvelle usine. On espérait notamment tirer davantage profit des « petites eaux » de Salins, c’est-à-dire de la muire faiblement chargée en salure et « rejetées du service faute de bois pour les travailler et réduire en sel ». Cette  nouvelle usine devait non seulement dynamiser la production de Salins, mais aussi permettre d’honorer plus facilement les traités de livraison de sel passés avec les cantons suisses*. Chaux, simple dépendance de Salins, était donc une entreprise d’Etat.

A l’initiative du projet, la Ferme générale ne s’engagea pas directement dans cette aventure industrielle, mais opta pour l’établissement d’une régie dans laquelle elle prit des intérêts. Par un traité particulier en date du 12 mars 1774, elle en confia l’exécution à une compagnie distincte qui devait la mener à son terme. Sous le prête-nom de Jean Roux-Monclar, neuf associés appartenant à la haute finance parisienne, parmi lesquels Alexandre Parseval Deschênes et son fils Marc Antoine, Philibert Parseval de Fontaine, financiers très proches de la Ferme générale, deux directeurs des Fermes à Paris, Pierre-Martin Dewismes et Pierre Royer, un receveur général des finances…,  financèrent l’investissement de l’usine en échange d’un privilège d’exploitation de vingt-quatre ans des salines de Franche-Comté et Lorraine. Parseval Deschênes par exemple connaissait les salines de Franche-Comté et avait déjà obtenu l’exploitation du sel à Montmorot*. Le montage financier était complexe. Les régisseurs participaient aux fonds de dépense (tant pour la construction de la nouvelle saline à concurrence de 600 000 livres que pour l’exploitation des cinq anciennes) et donc aux produits nets de la régie, mais les cautions de Laurent David, c’est-à-dire les Fermiers généraux, étaient autorisés à prendre des intérêts dans l’affaire, à concurrence de la moitié des fonds et des produits nets.

L’architecte Claude-Nicolas Ledoux supervisa la construction de 1775 à 1779 avec l’aide d’André Haudry de Soucy, sans doute le fils du Fermier général allié aux Parseval. Il est clair que le montage financier visait tout à la fois à redynamiser les salines tout en préservant les intérêts des Fermiers généraux. L’entreprise ne parvint à son terme : en 1782, le traité fut résilié, la nouvelle saline remise à la Ferme générale et comprise dans le nouveau bail Salzard. Plusieurs raisons expliquent cet échec. La question financière d’abord : estimée initialement à 600 000 livres, la réalisation nécessita le triple des fonds. Outre le caractère prestigieux du projet de Ledoux, la défectuosité de la canalisation reliant Chaux à Salins, avec une perte assez importante de sel, fut mise en cause. Les associés de la régie intéressée ne tirèrent donc pas grand profit de la compagnie, d’autant que l’exploitation des salines anciennes rendait peu. Il faut également évoquer les plaintes liées à la surexploitation de la forêt. Ces doléances émanaient de plusieurs corps dont la maîtrise des Eaux et Forêts qui perdait sa juridiction sur des bois destinés à la cuite du sel au profit de la commission de réformation. A Paris, Jean-Mathieu Augeard, chef du département des salines de la Ferme générale, supervisa la suite des opérations, mais la production ne dépassa jamais 35 000 quintaux de sel, soit 3 500 tonnes c’est-à-dire quatre fois moins qu’à Salins au début du XVIIe siècle. Autant Salins fut une réussite éblouissante, puisqu’elle contribua à la prospérité de la Franche-Comté pendant des siècles, autant Arc-et-Senans fut un échec industriel et un gouffre financier.

[AN, F14 4267, « Détails historiques sur les salines de Lorraine des trois Evêchés et de Franche-Comté dont le principal objet est d’exposer les variations que ces mines ont successivement éprouvées dans leur administration », après 1782 ; AN, G1 93 (Salines de Salins dont traité du 12 mars 1774), 95 (dossiers. 13 et 15) ; G7 280, 281 ; Arrêt du Conseil d’Etat qui annulle tous traités faits à des particuliers, pour fourniture de Salin et potasse, par Jean Roux Montclar, chargé précédemment de l’exploitation des salines de Lorraine et Franche-Comté, sans qu’il puisse être exigé aucune indemnité de l’adjudicataire des fermes générales, 19 juillet 1782 ; Thierry Claeys, Dictionnaire biographique des financiers en France au XVIIIe siècle, Paris, éditions SPM, 2011, t. 1, notice Haudry, p. 1087-1089 ; t. 2, notices Parseval, p. 1863-1867 ; Roger Humbert, Institutions et gens de finances en Franche-Comté, 1674-1790, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, n° 605, Diffusion Les Belles-Lettres, 1996 ; Philippe Mairot, Salins-les-Bains, Arc-et-Senans, fortunes du sel comtois, Lyon, Le Progrès, 2010 ; Emmeline Scachetti, « La saline d’Arc-et-Senans, Manufacture, utopie et patrimoine (1773-2011) », thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Daumas, Université de Franche-Comté, 23 novembre 2013]