Agenais

Ce petit pays situé au Sud-Est de Bordeaux* illustre parfaitement l’évolution des relations que certains terroirs entretinrent avec la Ferme générale dans un contexte d’expansion du commerce international. Le pays bénéficiait de l’exemption du droit de Comptablie* sur les sels à la sortie de Bordeaux*. Treize bateaux chargés de soixante-dix pipes de sels chacun étaient destinés à la consommation du pays en remerciement de la fidélité de l’Agenais lors des révoltes de 1548. L’engagement du comté à la duchesse d’Aiguillon, nièce de Richelieu en 1642 fut l’occasion de confirmer ce privilège* et de l’étendre au droit de Convoi. La Ferme générale contesta cette extension mais suspendit néanmoins, sur un ordre particulier du roi de 1732, la levée du Convoi.

Si le pays conserva son privilège vis-à-vis du sel, il perdit en revanche celui de la production de tabac*. Jean-Baptiste Colbert avait pourtant reconnu comme productions du cru les cultures traditionnelles des communautés situées le long de la Garonne dans l’Agenais (Caumont sur Garonne, Gontaud, Verteuil d’Agenais, Le Mas d’Agenais, Lagruère, Favillet, Tonneins, Villeton, Monheurt, Clérac, Aiguillon, Puch d’Agenais, Grateloup, Lafitte) et dans le Bazadais (Damazan), depuis le cours inférieur du Lot jusqu’en amont de Marmande. La production de ces pays était alors strictement encadrée par la Ferme (Ordonnance de 1681, articles XV à XX). Elle prit fin toutefois en 1719 lorsque la vente exclusive fut convertie en droits d’entrée avec liberté du commerce puis, en janvier 1721, lorsque le monopole fut rétabli mais sans reconnaissance des productions de l’Agenais (voir notice « Tabac »).

Victime des préceptes mercantilistes visant à favoriser le commerce colonial, l’Agenais souffrit encore de la prééminence de Bordeaux dans le commerce du vin*. Dans cette affaire toutefois, le pays et la Ferme générale défendaient les mêmes intérêts : les habitants de l’Agenais réclamaient la liberté de descente et de commerce de leurs vins à Bordeaux. Le grand port interdisait les vins « étrangers » du Languedoc* et du haut pays dans la cité en dehors de périodes strictement limitées (voir notice « vin »). « Mais, se récrièrent les habitants de l’Agenais, on fait manquer le tems de la Navigation & de la vente des vins, on les expose à être perdus en les empêchant de descendre avant Noël » (1739). Ce privilège bordelais établissait un monopole de facto sur l’exportation des vins, monopole contre lequel la Ferme générale lutta. Les Agenais invoquèrent l’ordonnance de 1483 qui déclarait les rivières libres dans tous les temps de l’année. Ils firent également valoir la perte pour le roi de près de deux millions de livres au titre des droits de commerce.

[Perrin, Mémoire pour la ville de Bordeaux contre les habitants des provinces d’Agenais, les communautés du haut pays du Quercy et contre ceux des villes de Sainte-Foy et de Domme, et des paroisses qui composent le crû de Domme, Imprimerie d’Houry, 1739 ; Jacques-Philibert Rousselot de Surgy, Encyclopédie méthodique. Finances, vol. 1, Paris, 1784, p. 352 ; Michel Boyé, La manufacture de Tonneins et la fraude sur le tabac sous l’Ancien régime, Revue de l’Agenais, 1994, p. 187-207]. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.