La Rochelle

La Rochelle gouvernait le pays de l’Aunis et de la Saintonge, l’un des plus gros producteurs de sel d’Europe. La Ferme générale s’y fournissait abondamment. La ville également. Rédimée du droit de gabelle comme tout l’Aunis, elle s’approvisionnait aux salines et réglait sur le sel le droit de Brouage*. De même, les habitants des 43 paroisses de sa banlieue pouvaient-ils enlever deux boisseaux par feu et par an, aux mêmes conditions. Les négociants se spécialisèrent très tôt dans le trafic de cette denrée à l’échelle européenne, mais diversifièrent leurs activités, en exportant les vins* et eaux de vie* de Cognac, Saintonge et Charente*. Sur ces denrées, les droits d’inspecteurs aux boissons* et droits de courtiers-jaugeurs* furent réduits pour en faciliter le commerce. Le port développa aussi ses relations avec les colonies. Les peaux de castors de la Nouvelle France devinrent un fret de retour important à La Rochelle, mais aucun droit, pas même les droits du Domaine d’Occident*,  n’était levé sur elles. En revanche, le bureau des droits du Domaine d’Occident établi dans la ville levait les taxes habituelles sur les denrées et marchandises (sucre*, café*, cacao, tabacs* …) provenant des colonies. Une manufacture de tabac fut autorisée par Louis XIV aux marchands Jacob Lievens et Frédéric Clément (13 septembre 1672). En 1782, La Rochelle se porta candidate pour la franchise du commerce avec les Etats Unis d’Amérique.

Vis-à-vis des traites, la ville était exemptée de la traite de Charente* au profit du tarif de 1664 des Cinq grosses fermes. Enserré dans de nouvelles fortifications levées à la fin du XVIIe siècle, gardé par un corps de casernes construites vers 1706, le port et le havre étaient relativement faciles à surveiller. On contrôlait néanmoins les versements de sel vers l’Anjou*. Jacques Touchalaume fut condamné ainsi à l‘amende pour le transport de La Rochelle vers Angers de cuirs verts en poil chargés de sel consignés aux bureaux de la Ferme générale à Ingrandes* et à Angers. En dédommagement des terres prises pour les fortifications, Louis XIV concéda les droits de traites à différents particuliers par convention signée le 26 juin 1700. Mais la revente ordonnée en 1724 (13 mai) rétablit ces droits au profit du roi, soit des taxes à l’entrée par terre et par mer et des taxes de sortie par mer qui donnaient environ 1 200 livres par an jusqu’à ce l’on confia cette perception au contrôleur* Gaudineau en 1778. Celui-ci fit monter la recette jusqu’à 2 800 livres pour l’année 1780. 

[AN, G1 83, dossier 12 : « Mémoire sur les droits de grandes et petites traites de La Rochelle » ; AN G1 88, dossier 14, exemptions des droits de La Rochelle ; Arrêt du conseil d’Etat pour l’ établissement d’une nouvelle manière de lever la taille dans l’élection de La Rochelle, 20 juin 1718 ; Arrêt du Conseil d’Etat qui casse plusieurs sentences rendues tant par les juges des traites d’Angers que par ceux du grenier à sel d’Ingrande, pour avoir fait main levée au nommé Touchalaume marchand tanneur à Angers, de cuirs verts en poil, venant de La Rochelle, sur lequel il s’est trouvé du sel au-delà de la quantité nécessaire, 10 février 1750 ; Arrêt du Conseil d’Etat qui continue pendant le bail de Laurent David, la commutation des droits d’inspecteurs aux boissons, et de ceux de courtiers-jaugeurs, en un droit de 20 sous par pièce d’eau-de-vie de 81 veltes, dans les élections de Cognac, Saintes et Saint-Jean d’Angely, de la généralité de La Rochelle, 27 septembre 1774 ; Mémoire de la Chambre de commerce d’Aunis à l’effet d’obtenir que La Rochelle soit un des ports francs promis par le roi aux Etats-Unis d’Amérique, La Rochelle, P.-L. Chauvet, 1982, 9 p. (Bibliothèque numérique Manioc) ; Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t. II, Industrie, commerce, Paris, Imprimerie impériale, 1863, p. 852-853 ; Jean-Michel Deveau, Histoire de l’Aunis et de la Saintonge, Paris, PUF, 1974 ; Jean-Michel Deveau, Le commerce rochelais face à la Révolution. Correspondance de Jean-Baptiste Nairac (1789-1790), Rumeur des âges, 1989 ; Marcel Delafosse, Histoire de La Rochelle, Privat, 2002]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.