Camargue

La Camargue était une région de production naturelle de sel. Dans les méandres du delta du Rhône* se formaient des dépôts qui firent très tôt l’objet d’une exploitation par l’homme. Facile d’accès, ce sel apparent dans les multiples petits étangs était prélevé par la population sans tenir compte des ordres du roi de sorte que pour endiguer la fraude*, Sully prit la décision de noyer les étangs (édit du 16 novembre 1596). La production se concentra alors dans les salins aménagés et gardés comme celui de Badon, encerclé par des levées formant un périmètre de 5400 mètres et gardé nuit et jour en période de récolte.

A l’époque moderne, l’économie camarguaise se basait encore sur les nombreux salins situés à proximité de pays de petites gabelles*. Cette région était commandée par la ville d’Arles*, ville franche de gabelle jusqu’aux insurrections de 1601 à la suite desquelles 1a ville vit réduire son franc-salé* à  40 gros muids, mesure de Peccais* en 1603, puis à seulement 500 émines (soit un peu plus de 20 muids) en 1661. A l’est, on trouvait les fameux salins de Peccais*, achetés par Philippe le Bel, qui fournissaient tout le Languedoc et au-delà les greniers le long du Rhône*, jusqu’en Suisse. Les salins de Badon, propriété de la communauté d’Arles, se trouvaient à l’embouchure d’un ancien bras du fleuve. Ils produisaient entre 20 et 50 000 minots de sel. D’autres lieux comme le Plan du Bourg ou les Maries alimentaient également les provinces méridionales du royaume. Tant les salins de Peccais, Badon et Maries étaient sujets au droit de Septem, un droit réuni à la Ferme des gabelles en 1672.

Un mémoire de 1755 sur l’enlèvement du sel produit en Camargue, indique que trois ruptures de charges étaient nécessaires sur le trajet : « courtillons ou gabouillons par les roubines, penelles par le Bras de Fer puis allèges sur le Rhône jusqu’à Arles ». Encore la difficulté du transport fut-elle grandement améliorée u début du XVIIIe siècle : les vieux canaux permettant aux barques de rejoindre le Rhône par les étangs ont pu être raccordés au Canal du Midi au niveau de la ville de Sète*. L’économie de la Camargue s’ouvrit sur le marché Atlantique. Les nouveaux aménagements de canaux du Rhône à l’Océan perturbèrent le cours des eaux et provoquèrent des crues du Vistre et du Vidourle. Pour protéger les salins, Louis XV ordonna en 1725 la création d’un Grau, le futur Grau-du-Roi, canal de vingt mètres de large entre Aigues-Mortes et la mer, financé par une augmentation du prix du sel au greniers.

[AN, G1 88, dossier 11: rapport sur l’insuffisance des sels, 1775 ; Jean-Louis Moreau de Beaumont, Mémoires concernant les droits & impositions en Europe, tome 3, Paris, Imprimerie royale, 1769, p. 168-174 ; Alain Venturini, « Le sel de Camargue au Moyen Âge : étude comparative des pays d’Aigues-Mortes (Languedoc, royaume de France) et la Camargue proprement dite (comté de Provence, Empire), dans Le sel de la Baie : histoire, archéologie, ethnologie des sels atlantiques, Rennes, PUR, 2006, p. 365-392 ; Patricia Payn-Echalier, « Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (XVIe-XVIIIsiècle) », Rives méditerranéennes, 35, 2010, p. 29-44 ; Laurence Hérault, La construction du salin moderne : la transformation des salins du Midi de la France, XVIIIe-XIXe siècles, Aix-en-Provence,  Presses universitaires de Provence, 2010 ; Patricia Carlier, Histoire du sel en baie d’Aigues-Mortes, avril 2019]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.