Registre-journal

La réforme des frères Pâris* (édit de juin 1716) avait pour enjeu de suivre plus précisément dans le temps la comptabilité* de caisse des receveurs des deniers publics et, du même coup, d’établir un contrôle plus exact de l’exercice annuel. Après les receveurs de taille, les receveurs des fermes, tant gabelles, traites, aides, tabacs et autres impôts furent donc soumis à la nécessité de présenter chaque mois au Conseil des finances un extrait de leur registre-journal. Ce dernier devait consigner chaque jour les recettes et les dépenses dans la forme prescrite par l’édit de juin 1716. Ces consignes nécessitaient pour le receveur de reporter depuis les registres ordinaires dans le nouveau registre-journal le sommaire de toutes les recettes issues des droits, ventes, saisies…. Au mois d’octobre de chaque année, le directeur* général des fermes arrêtait le journal du receveur général* qui faisait apparaître le débet vis-à-vis de la Ferme. Le receveur général devait régulariser la situation auprès de la recette à Paris. A défaut de versement à la caisse centrale, il perdait la remise que les bureaux centraux lui accordaient. En d’autres termes, le registre-journal « accélérait » la comptabilité de caisse et du même coup les recouvrements de la Ferme. Ces dispositions permirent aussi d’établir un double contrôle comptable des fermes, tant au niveau des bureaux des comptes de l’Hôtel des fermes* qu’au niveau du Contrôle général des finances.         

[AD Rhône, 5C/2, f° 105, lettre du Directeur de Lyon, 5 octobre 1757 ;Arrêt du Conseil d’Etat qui ordonne qu’à commencer du 1er janvier 1718 les receveurs des 5 grosses fermes et ceux des gabelles tiendront des registres journaux en exécution de l’édit de juin 1716 et de l’arrêt du 24 juillet 1717, 13 décembre 1717] 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.