Sète

Port du Languedoc* créé par Colbert en 1666, Sète fut dotée d’une amirauté en 1691, signe de son développement. Initialement, le port souffrit pourtant de la concurrence de la franchise de Marseille* qui monopolisait l’exportation des draps*. Il obtint à son tour des privilèges et bénéficia à la fois du privilège d’armement pour les îles américaines (patentes de 1717) et du privilège d’armement pour l’Afrique (patentes de 1719), comme Rouen*, La Rochelle*, Bordeaux* et Nantes* (patentes de 1716). Les capitaines qui se livraient au commerce triangulaire depuis Sète faisaient donc leur déclaration à l’Amirauté d’une part, et au bureau des Fermes de cette même ville. Les négociants du Languedoc qui faisaient le commerce en droiture des côtes de Guinée vers Sète étaient exempts de la moitié de tout droit d’entrée des Fermes royales et locales. De même, le sucre apporté des îles d’Amérique vers Sète, dès lors qu’il provenait de la vente des noirs de Guinée, était déchargé de la moitié des droits d’entrée. Les négociants devaient se munir de certificats des commis du Domaine d’Occident*. Les droits de sortie pour toute marchandise à destination de la Guinée étaient entièrement remis par la Ferme, sur acquits à caution* dûment enregistrés et contrôlés. Sète devint donc un port d’entrepôts que les commis des Fermes durent surveiller. Les sinuosités de la côte offraient des abris nombreux pour la contrebande. Elles nécessitèrent l’emploi de nombreux brigadiers. En 1760, la Ferme générale supprima la brigade sédentaire de Sète et créa trois brigades ambulantes de douze hommes chacune.

Vis-à-vis du sel, Sète bénéficiait en outre depuis l’arrêt du 15 mai 1714 d’une réduction à 6 livres le minot de sel destiné au salage du poisson. Ce privilège fut accordé pour lutter contre la concurrence des Catalans qui pratiquaient comme les Sétois la pêche à la sardine avec un coût de revient du salage beaucoup plus bas.   

[AN, G1 15, Délibération du 28 août 1760 sur les brigades de Sète; Arrêt du Conseil d’Etat qui réduit à six livres le minot de sel à Cette, pour être employé au salage du poisson, 15 mai 1714 ; Lettres patentes du Roy pour permettre aux négocians de Languedoc de faire le commerce de Guinée, données à Paris au mois de janvier 1719 ; Carte Topographique des Salins Privilégiés de Sette, 1780;Louis Dermigny, Naissance et croissance d’un port, Sète de 1666 à 1880, Montpellier, 1955]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.