Arles

La ville d’Arles en Camargue était propriétaire du salin de Badon et avait le droit de prendre au prix marchand pour la consommation annuelle de ses habitants 60 muids de sel de 144 minots chacun. Comme à Aigues-Mortes*, le « grenier » était dirigé par la communauté qui désignait le receveur chargé de la distribution. La Ferme générale ne supervisait que le contrôle. Elle réclamait d’ailleurs un enrôlement plus précis des familles arlésiennes pour une distribution moins aléatoire par feu. Les consuls de la ville s’opposèrent à cette prétention.  Vis-à-vis des douanes, le bureau d’Arles, à proximité de Beaucaire, était fortement sollicité au moment de la foire. Comme les barques nombreuses qui remontaient le grand Rhône avaient toutes le pont d’Arles à passer avant d’arriver à Beaucaire, les opérations de déclarations de ces barques, la liquidation des droits, les vérifications des certificats, le contrôle des prohibés sur les barques venant d’Espagne*, d’Italie, du Languedoc*… mobilisaient  de nombreux commis.

[AN G1 83, dossier 7, « Service de la fois de Beaucaire » ; Jean-Louis Moreau de Beaumont, Mémoires concernant les droits & impositions en Europe, tome 3, Paris, Imprimerie royale, 1769, p. 189_190 ; Patricia Payn-Echalier, « Entre fleuve et mer, le port d’Arles et le delta du Rhône (XVIe-XVIIIsiècle) », Rives méditerranéennes, 35, 2010, p. 29-44] 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.