Peccais

Le centre de production de sel de Peccais était l’un des plus anciens et des plus importants de la partie méridionale du royaume.  Situé à l’embouchure du petit Rhône*, près d’Aigues-mortes*, le parc comprenait dix-sept salines à la fin de l’Ancien régime. La plus grande, dite « saline de l’Abbé », appartenait à l’évêque d’Alès. Celle dite « de Saint-Jean » appartenait au prieur de Saint-Gilles, ordre de Malte et fut toujours exploitée à part; les quinze autres étaient exploitées collectivement par bail emphytéotique, puis par régie* à partir de 1716. En 1723, l’évêque d’Alès intégra cette société, moyennant le huitième des profits. Les propriétaires associés vendaient la production à la Ferme des gabelles du Languedoc* pour un prix modeste de trois sous dix deniers le minot à la fin du XVIe siècle, puis par augmentations successives : six sous trois deniers (arrêt du 24 mai 1768), puis douze sous le minot (arrêt du 29 septembre 1785). Ce prix était un peu plus élevé que celui payé aux salines de Peyriac et Sigean*, situées plus à l’Ouest, Badon ou Maries. Les propriétaires jouissaient d’un droit d’attribution de deux livres cinq sols par muid, pour tenir lieu des intérêts d’une somme de 100 000 livres qu’ils avaient versée au Trésor royal en 1641. Ils disposaient en outre pour l’entretien d’un droit dit « droit de blanque », mais ce dernier fut toujours jugé insuffisant. Les inondations du Rhône* exigeaient des frais importants. A la suite des dégâts provoqués par les hivers de 1706 et 1707, l’Etat leva une crue exceptionnelle de cinq sols sur tous les minots de sel vendus dans les greniers du Lyonnais, Bas-Languedoc, Rouergue et Auvergne pour aider la régie. Cette crue, confiée à Jacques Rocher, rapporta plus de 600 000 livres. Malgré ce soutien, les propriétaires se plaignaient régulièrement des charges. D’après eux, l’introduction de la nouvelle trémie* dans le Languedoc (1711) augmenta le nombre de minots par muid (de 144 à 171) et provoqua un manque à gagner. Pour défendre encore la production de Peccais, on convint d’étendre les lieux de vente au Roussillon et à la Cerdagne jusque-là alimentés par le sel de Peyriac* et de Sigean* (1717).

Moyennant quoi, les propriétaires étaient tenus de fournir à la Ferme 300 000 minots de sel par an, avec une réserve pour quatre ans, et d’entretenir les salins, les digues et chaussées alentours. Les salins de Peccais étaient sous la police des officiers du bureau des finances de Montpellier qui se transportaient chaque année sur les lieux pour évaluer la récolte et la qualité du sel. Les salines fournissaient le Languedoc*, l’Auvergne et le Rouergue, le Roussillon, mais aussi la Savoie*, la Suisse* et les Dombes*. Le Dauphiné* en fut également approvisionné, mais  jusqu’au milieu du XVIIe siècle seulement. Les voituriers faisaient enregistrer leurs lettres à la juridiction des gabelles d’Aigues-Mortes et en donnaient copie au procureur de Peccais. Chargements et déchargements des sels étaient strictement contrôlés par les gardes et contre-gardes de la Ferme, en liaison avec les officiers des gabelles de Beaucaire, Tarascon, Saint-Esprit, selon les routes empruntées par les voitures.

Le sel de cette région fut toujours apprécié des consommateurs. Voltaire en défendit l’approvisionnement pour le pays de Gex* : « Au sel de Peccais, dont le pays de Gex a toujours fait usage, a été substitué, le 1er octobre 1774, du sel de Provence, sale, dégoûtant, mélangé d’une terre rouge, nuisible aux hommes, aux bestiaux et à la fabrication des fromages du pays ».

Carte des salines de Peccais dans le Bas Languedoc, 1763 (BNF)

[AD de l’Hérault, 3F 1 à 77 : Fonds des Salins de Peccais (1538-1892) ; Lettres patentes du Roy qui ordonnent, conformément à l’ arrêt du vingt-sept novembre 1717, que les greniers & chambres à sel du païs de Roussillon, Conflans & Cerdaigne seront fournis du Sel de Peccais à commencer du premier octobre 1718, Paris, 20 janvier 1718 ; Arrêt du Conseil d’Etat autorisant Armand Pillavoine, fermier général des gabelles, à fournir de sel de Peccais les greniers de Dauphiné, 22 novembre 1720 ; Arrêt du Conseil d’Etat qui révoque l’adjudication faite à J. Rocher des cinq sols par minot de sel ordonnés être levés dans les greniers et chambres à sel des gabelles de Languedoc, Lyonnais, Rouerge et Auvergne, pour les réparations à faire aux chaussées du Rhône et salins de Peccais ; et ordonne que lesdits cinq sols seront levés au profit du roi, 12 avril 1723; Jacques-Nicolas Bellin, Environs d’Aigue Mortes, de Peccais etc. et la petite Camargue, 1764 (carte) ; Jean-Louis Moreau de Beaumont, Mémoires concernant les droits & impositions en Europe, tome 3, Paris, Imprimerie royale, 1769, p. 168-1773; Voltaire, Mémoire sur le pays de Gex, 31 mars 1775, dans Œuvres complètes, tome 29, éditions Garnier, 1879, p.351 (Voltaire s’appuie sur les données des trois syndics du pays)]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.