Authie (rivière)

Entre Artois* et Picardie*, l’Authie formait une barrière naturelle susceptible d’une intense activité frauduleuse. Plusieurs paroisses de la rive gauche, artésiennes, allaient se fournir en sel à Arras. L’intendant exigea donc en décembre 1714 que les gens de loi indiquent au bas des rôles par quel endroit sur la rivière les voitures de sel avaient l’intention de passer, afin de faciliter le contrôle. Un plan des gués  fut établi en conséquence.  D’autres contestations s’élevèrent à propos des droits d’aides*. Par les lettres patentes du 13 avril 1743, une délimitation paroisse par paroisse fut établie, situant Argoules, Dominois, Petit-Chemin, Uzon, Abbaye  de Valloires, Verton, Merlimont, Groffliers, Saint-Aubin,  Waban,  Wailly- Beaucamp, Nampont, Berck, Tigny-Noyelle, Conchil le Temple,  Baillon, Dompierre sur Authie, La Broye et Willencourt en Picardie, c’est-à-dire en pays d’aides. Furent rattachés à l’Artois, les lieux de Dompierre, La Broye et Willencourt situés de l’autre côté de la rivière, rive droite, mais aussi les paroisses de Vaulx, Haravesnes, Raye, Rapechy, Noeux, Rollepot, Ligny-Rache, Ducras, Fortel, Ligny-prieuré, Quesnoy, Fondeval, Caveron, Duplanty, Dufedoy, Brimeux, Lespineux, Villers-L’Hôpital, et abbaye de Dommartin.

[AD Somme, 1C, cartes et plans, 810/10 : Plan du cours de la rivière d’Authie figurant les gués établis irrégulièrement entre les villages d’Authie et Thièvres pour le transport du sel et du tabac, 1765; Jean-Louis Lefebvre de Bellande, Traité général des droits d’aides, Partie I, Livre II, Paris, chez Pierre Prault, 1760, p.319 ]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.