Berre (salins de)

Les salins de Berre étaient divisés en plusieurs parties. En 1725, on comptait 14 propriétaires de salins, parmi lesquels Henri Reynaud d’Albertas, président de la Cour des comptes, aides et finances d’Aix en Provence. Avant la peste de 1720, la production s’élevait entre 160 et 170 000 minots* ; ce chiffre ne fut dépassé après la peste qu’à la fin des années 1730 (179 000 minots en 1739). Cette production alimentait les greniers* de Berre, Martigues, Tarascon, et en partie celui de Marseille* ; elle fournissait aussi les entrepôts* d’Arles* qui servaient les Haut et Bas-Dauphiné, les greniers d’Orange et d’Avignon*. D’Albertas fit valoir en 1725 la charge que représentait l’entretien de ses salins ; elle fut évaluée à 40 sols par muid. Il obtint donc du roi l’augmentation du prix* de ses sels. Ceux-ci, achetés auparavant deux sols dix deniers le minot pour le service des Fermes, passèrent à quatre sols, à l’instar du prix qui ce qui se pratiquait à Hyères depuis 1723. L’ensemble des propriétaires bénéficièrent de cette mesure.   Toutefois, un rapport de 1775 fit valoir la dégradation générale des salins de Berre à cause de la mauvaise volonté que mettaient les propriétaires à les entretenir.

[AN, G1 88, dossier 11 : rapport sur l’insuffisance des sels, 1775; [Arrêts du conseil d’Etat, des 20 mars et 16 octobre 1725, qui fixent à 4 sols par minot le prix des sels qui seront levés par le fermier des gabelles dans les salins de Berre, Paris, 1725]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.