Pont-de-Beauvoisin

Cette localité était située entre la Savoie* et le Dauphiné*, territoires séparés par la rivière du Guiers. Le bureau douanier de ce village appartenait à une ligne de contrôle qui comprenait du Nord au Sud : Challonges, Seyssel, Belley ; et plus à l’Est : Pontcharra, Chapareillan, La Chapelle du Bard. Placé sur la route de Chambéry à Lyon, le Pont-de-Beauvoisin voyait passer quantités de marchandises tirées de l’étranger, et notamment de la Savoie. Voici la liste pour l’année 1725-1726 des denrées issues des états sardes et enregistrées au Pont-de-Beauvoisin : Bruyères (150 livres poids), boutons (175), bois travaillés (1320), Chandelles (100), chocolat (70), chocolat et sorbet (190), cornes (1200), cuivre (15), cuivre laiton (85), cuirs (4 pièces), cuirs en poil (100 livres) , chairs salées (500), chairs et poissons (157), cristaux ouvrés (9), chapeaux (80), dentelles (60), dentelles du Puy (59), drogueries 200 + 1153 de toutes sortes à 5 livres 2 s le q et à 3 livres 11 sous le q ), eaux de liqueurs (125), eaux de vie (2139), étoffes de soie (5125), fer (825), fer en gros (3305), fromages (3305), fromages et beurre (24 731), faïence (77), fruits frais (8597), fruits secs (3780), fruits communs (50), graines de jardin (1589), mercerie (10), mercerie ordinaire (392), noix (3225), ouvrages de soie (14), pierres à aiguiser (745), poix blanche (125), peaux de moutons (18 peaux), pelleteries (306 livres), quincailleries (2310 livres), riz (95 556 livres), sucres et confitures (881), toiles (321), tableaux (8), terrailles communes (1 200 livres), vins et vinaigre (16 barreaux), vernis de terre (450 livres), viande de pâté (150). Les droits levés sur ces marchandises montèrent cette année-là à 2046 livres et 4 sous. Les habitants tiraient profit de cette situation frontalière en faisant des magasins frauduleux de toutes sortes de marchandises, notamment celles arrivées du Levant ou des colonies comme les toiles* peintes et imprimées. Louis XVI fit donc interdire en 1777 tout entrepôt et établit un bureau d’enregistrement des acquits de paiement* pour toutes les marchandises d’origine étrangère ou en transit dans le bourg, en prenant modèle sur les mesures adoptées pour Aix-en-Provence en 1751.

[AD Isère, 2C 635 : Etat des marchandises venues des Etats du Roy de Sardaigne pendant la sixième année du bail de Bourgois (1725-1726) ; Arrêt du Conseil d’Etat du roi qui défend toute espèce d’entrepôt et magasin au Pont-de- Beauvoisin et ordonne que tout voiturier qui enlèvera des marchandises dudit lieu, sera tenu d’être porteur de l’acquit des droits, 31 juillet 1777 ; Pierre-Joseph de Bourcet, « Mémoire sur les frontières de Savöye du côté du Guiers et Pont de Beauvoisin », 1752]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.