Sel de franchise

Le sel de franchise était un privilège accordé à certains habitants d’acheter le sel au prix marchand, soit en faisant venir des provisions de Brouage*, soit en l’achetant au grenier du lieu au prix marchand, c’est-à-dire sans payer les droits au roi. Par exemple, les pêcheurs des ports de Haute-Normandie, comme Dieppe, Eu, Fécamp, Harfleur, Havre-de-Grâce, Saint-Valéry-en-Caux, Tréport… obtinrent ce privilège des rois de France à différentes époques. Le privilège portait sur des quantités variables selon les lieux : à Eu, les habitants étaient autorisés à provisionner plus de vingt muids*, tandis qu’à Fécamp ou à Dieppe, seuls dix muids étaient acceptés par l’ordonnance* de 1680.   L’adjudication, annoncée par cri public et par affiche* s’en faisait à l’audience du grenier*, au rabais. Le plus souvent le sel de franchise se payait deux fois par mois chez le marchand en présence des officiers du grenier* et du contrôleur de la franchise. Le commis de cette partie tenait un registre sur lequel était inscrits les noms des chefs de famille, leurs demeures, le nombre de personnes dans le foyer, et les quantités de sel de franchise accordées, tant pour pot et salières que pour grosses salaisons. Une fois le paiement fait, le vérificateur de la franchise procédait à un autre enregistrement des noms, demeures et quantités pour contrôler la véracité des déclarations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.