Patache

Petit bâtiment ou navire ancré en mer ou dans la rivière aux lieux stratégiques de contrôle, face à un port ou un bureau par exemple. Des commis des Fermes logeaient de jour comme de nuit dans ces petites constructions pour arraisonner au besoin les bateaux qui tentaient d’échapper aux visites*. La Ferme générale délivrait des commissions de batelier-pilote, comme celles confiées par le grenier à sel de Caen pour tenir les pataches de Courseulles ou de Sallenelles, ou par le grenier de Caudebec pour tenir la patache du Trait sur la Seine*. La compagnie prenait soin d’entretenir sa flotte. Encore en 1788, le projet de remplacer la patache de Mousserolles, à Bayonne*, fut soulevé. les colonies*, pour lutter contre la fraude du tabac, un arrêt du 17 novembre 1718 empêcha tout bateau étranger d’aborder les côtes françaises à moins d’une à deux lieues et ordonna aux pataches de la Compagnie d’Occident, adjudicataire de la Ferme générale du tabac, d’arraisonner tout petit bâtiment qui contreviendrait au règlement.

Localisation des pataches de Brouage: Extrait de la Carte du pays d’Aunis, d’une partie de la Xaintonge et bas Poitou dans laquelle sont compris les bureaux de la traitte de Charente, collection géographique du marquis de Paulmy, 1267, BNF, Arsenal, MS 6437 (123), 1787

[AN Calvados, 3C/9 ; Arrêt du Conseil d’Etat du Roy, qui en expliquant celuy du 17 novembre 1718 ordonne que les petits batiments qui se sont trouvez et qui se trouveront sur les côtes des iles françaises, mesme à la mer à une ou deux lieues des côtes desdites îles, seront arrestés par la Patache et commis de la Compagnie d’occident adjudicataire de la ferme générale du tabac, sous le nom de Jean Ladmiral, 6 décembre 1718 ; Lettres patentes qui autorisent les employés des fermes à arrêter & visiter les petits bâtimens & bateaux qui se trouveront en mer à une ou deux lieues des côtes, chargés de faux sel ou de faux tabac ; ensemble ceux qui prétexteront des relâches forcées : et en cas de refus ou de résistance de la part des maîtres desdits bâtimens & bateaux, permettent aux dits employés de les contraindre par force à venir à bord, Fontainebleau, 10 octobre 1752 ; Albert Laot (dir.), Gabelous et pataches, Les douanes sur les côtes d’Europe, La Rochelle, Association pour l’histoire de l’Administration des Douanes 1999 (Catalogue de l’exposition de 1999 consacrée aux flottilles douanières européennes au Musée national de la Marine)]. Voir Brigade


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.